Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du vendredi 16 novembre 2018

Le plein air, une affaire de riches?

Publié le

Une randonneuse qui marche.
Une randonneuse sur un sentier.   Photo : Getty Images / deimagine

Le plein air est-il devenu une affaire de riches? C'est la question que se pose Jean-Sébastien Trudel, chroniqueur au magazine Géo Plein Air. En tant qu'amateur de plein air, il a remarqué qu'il était désormais presque impossible de profiter de la nature gratuitement.

C’est quand la dernière fois où on a pu faire une promenade dans le bois sans payer?, se demande le chroniqueur.

Selon lui, il y a 15 ou 20 ans, on pouvait aller presque partout sans payer. Même que, si on nous avait demandé de payer, je pense qu’on aurait trouvé ça un peu bizarre. On aurait même trouvé ça un peu drôle, dit-il.

Jean-Sébastien Trudel ne nie pas les avantages qu’apportent les tarifs dans les parcs nationaux : sentiers entretenus, toilettes, belvédères, etc. Il estime toutefois que nos parcs sont trop aménagés. On a parfois l’impression que certains espaces sont en train de devenir des parcs d'attractions, déplore-t-il. Est-ce qu’on n’est pas en train de perdre l’essence même de ces endroits-là, qui se veulent des lieux de recueillement, des lieux d’observation de la nature, de préservation?

Jean-Sébastien Trudel souligne aussi l’importance de l’activité physique pour une bonne santé. C’est comme si on taxait les activités physiques, observe-t-il.

Le chroniqueur croit également que la sensibilisation à l’environnement passe par le contact, la proximité avec la nature.

Pour toutes ces raisons, il souhaiterait que plus de sites de plein air soient accessibles gratuitement au Québec. Il pense que cela permettrait à la province de rayonner à l’international.

C’est notre territoire, ça fait partie de qui on est. Or, c’est comme si aujourd’hui on ne pouvait plus l’occuper, comme si essentiellement c’était une activité réservée aux touristes et aux plus riches.

Jean-Sébastien Trudel, chroniqueur au magazine « Géo Plein Air »

Chargement en cours