Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du mercredi 14 novembre 2018

Obésité : l’industrie fait de l’argent sur le dos des enfants, dénonce une pédiatre

Publié le

Un enfant en surpoids s'auto-examine à l'aide d'un stéthoscope.
Il y a 10 fois plus d'enfants et d'adolescents obèses sur la planète aujourd'hui qu'il y a 40 ans   Photo : getty images/istockphoto / kwanchaichaiudom

Un enfant québécois sur quatre fait désormais de l'embonpoint tandis qu'un sur dix souffre d'obésité. Et l'industrie alimentaire en est la principale responsable, soutient la pédiatre Julie St-Pierre.

Selon elle, lorsqu’une personne souffre d’obésité, 10 % du problème vient du manque d’exercice, et tout le reste est attribuable à une mauvaise alimentation.

Le sucre, notamment, fait des ravages chez les enfants, précise la pédiatre. Alors qu’un enfant d'un an ne devrait consommer aucun sucre ajouté, la consommation moyenne canadienne s’élève à 100 g par jour.

Peu de gens osent en parler, parce que tout ça est manipulé par l’industrie derrière, croit-elle. Heureusement, les entreprises sont en train de s’adapter en réduisant les portions et en diminuant la concentration de sucre dans leurs produits.

Une maladie taboue

Pour Julie St-Pierre, l’obésité est une maladie dont on ne parle pas assez. Les préjugés viennent du fait qu’on pense qu’il n’y a rien à faire, dit-elle. Or, il y a plein de choses à faire.

Elle mentionne également l’attitude des médecins envers leurs patients obèses, qui n’aide en rien. Selon certaines études, un médecin sur deux ne manifeste aucune empathie pour ses patients obèses et ne sait pas comment les conseiller.

Chargement en cours