Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du mercredi 7 novembre 2018

Le jeu Fortnite utilisé comme appât par des cyberprédateurs

Publié le

Une capture d'écran du jeu Fortnite: Battle Royale montrant un personnage afro-américain en train de tirer au fusil d'assaut sur un autre personnage qui tente de se cacher derrière une pile de caisses. L'action se déroule dans un hangar.
Dans Fortnite: Battle Royale, 100 joueurs s'affrontent en même temps et seul le dernier survivant remporte la partie.   Photo : Epic Games

Le sergent Jean-Luc Tremblay, de la Régie de police Richelieu-Saint-Laurent, sur la Rive-Sud, lance une mise en garde aux adolescents et à leurs parents. Au moins quatre garçons ont été victimes de sextorsion en jouant au populaire jeu Fortnite.

Selon le sergent Tremblay, le modus operandi est le même dans ces quatre cas de sextorsion. Le cyberprédateur se fait passer pour un jeune sur Instagram et entre en contact avec des adolescents, pour ensuite leur demander de faire équipe avec eux à Fortnite. En conversation privée, une fois que l’appât de Fortnite a fonctionné, le cyberprédateur va tenter d’obtenir des images intimes de la part de son interlocuteur en le menaçant de mettre sur les réseaux sociaux des photos qu’il aurait déjà obtenues, explique Jean-Luc Tremblay.

Un seul des quatre adolescents a acquiescé à la demande du cyberprédateur et lui a envoyé des photos intimes. Le crime est commis dès que la personne tente d’obtenir ces images-là et utilise la menace pour les obtenir, même s'il n’y a pas eu transmission d’images intimes, tient à préciser le sergent Tremblay.

La police continue de mener son enquête pour découvrir l’identité du cyberprédateur en question. Jean-Luc Tremblay encourage toute personne qui reçoit une demande de photos intimes de la part d’un inconnu de contacter la police, surtout si elle s’est fait prendre au piège. Le sergent se fait rassurant : Pour nous, la confidentialité de ces dossiers, c’est une priorité.

Jean-Luc Tremblay répète les habituels conseils pour éviter d’être victime de sextorsion : ne pas diffuser d'images intimes, éviter de converser avec des inconnus sur Internet et ne pas donner de renseignements personnels.

Chargement en cours