Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du mercredi 31 octobre 2018

Il faut enseigner l’esprit critique dans les écoles, croit le Pharmachien

Publié le

Olivier Bernard derrière un micro dans un studio radio de Radio-Canada.
Le pharmacien et vulgarisateur scientifique Olivier Bernard, mieux connu sous le pseudonyme Pharmachien   Photo : Radio-Canada / Catherine Contant

Olivier Bernard, alias le Pharmachien, publie le livre Le petit garçon qui posait trop de questions afin de faire découvrir la méthode scientifique aux enfants. S'il vante la qualité des cours de science donnés dans les écoles, il déplore que l'esprit critique ne soit pas enseigné aux élèves de façon systématique.

C’est comme si on s’attendait à ce qu’en suivant le curriculum normal, les enfants acquièrent un certain sens critique, alors que toutes les études qui ont été faites sur la question démontrent très clairement que l’esprit critique doit être enseigné, affirme Olivier Bernard. On doit montrer aux jeunes comment faire, on doit leur enseigner une méthode. Et la meilleure façon de le faire, c’est de leur apprendre la méthode scientifique.

Avec son livre, le pharmacien et vulgarisateur scientifique espère éveiller l’esprit critique des enfants dès leur plus jeune âge. À l’ère des fausses nouvelles, il croit qu’il est important pour eux d’apprendre à analyser l’actualité et les différents discours qu’ils entendent.

D’autant plus qu’il est extrêmement difficile, à son avis, de changer les perceptions d’une personne une fois qu’elle est devenue adulte.

On utilise tous la méthode scientifique. C’est une façon de répondre aux questions qu’on se pose au quotidien.

Olivier Bernard, pharmacien et vulgarisateur scientifique

La science, c’est s’ouvrir aux autres

Le Pharmachien prend soin de préciser que la méthode scientifique n’est pas garante de la vérité absolue : On ne peut pas faire de grandes découvertes seuls. Si on ne va jamais confirmer nos découvertes avec d’autres personnes, ça se peut qu’on fasse une erreur.

La science, c’est quelque chose de collectif. C’est le savoir collectif qui fait qu’on trouve de bonnes réponses, et pas juste de se poser soi-même les bonnes questions.

Olivier Bernard, pharmacien et vulgarisateur scientifique

Il rappelle aussi que l’erreur fait partie du processus scientifique. L’étape la plus importante dans la méthode scientifique, c’est quand tu te rends compte que tout ce que tu as fait, c’est faux, et qu’il faut que tu recommences du début, soutient le pharmacien. C’est un moment d’humilité et c’est là que tu apprends ce qu’est vraiment la science.

Chargement en cours