Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Le 15-18
Audio fil du mercredi 24 octobre 2018

Vague d’engins explosifs aux États-Unis : l’oeuvre d’un amateur

Publié le

Un démineur en uniforme marche près du Time Warner Center.
Un expert en déminage marche à l'extérieur du Time Warner Center de New York, après l'alerte au colis suspect.   Photo : Getty Images / TIMOTHY A. CLARY

Selon la journaliste Céline Bruneau, qui est à New York, les engins explosifs qui ont été envoyés à des personnalités liées au Parti démocrate n'avaient rien de professionnel.

Pour le moment, ce qui semble ressortir, c’est que ce seraient des procédés assez amateurs, dit-elle. Il y avait des explosifs, mais pas assez pour blesser sérieusement quelqu’un. Les colis ont été interceptés par les services de sécurité avant d'arriver à leurs destinataires. Aucune explosion n’a eu lieu, et personne n’a été blessé.

Néanmoins, la police prend la menace très au sérieux. Céline Bruneau raconte que les rues entourant les bureaux de CNN, à New York, ont été fermées pendant plusieurs heures, et que les employés de la chaîne ont été évacués du bâtiment pour permettre une fouille complète. C’est le studio de CNN à Washington qui a pris le relais sur les ondes pendant ce temps.

La classe politique dénonce ce geste violent

De nombreux politiciens ont pris la parole pour condamner l’envoi de ces bombes artisanales. Le gouverneur de l’État de New York, Andrew Cuomo, a notamment parlé d’un geste terroriste.

De son côté, le président Donald Trump a clamé que les gestes de ce type n’avaient pas leur place aux États-Unis.

Malgré tout, Céline Bruneau fait remarquer que Donald Trump n’est pas le mieux placé pour dénoncer cette attaque violente contre des démocrates et contre un média, puisque lui-même est un habitué des attaques verbales contre CNN. La journaliste précise d'ailleurs qu’il arrive souvent au président d'entonner des slogans anti-CNN lors de rassemblements avec ses partisans.

Chargement en cours