Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Le 15-18
Audio fil du vendredi 12 octobre 2018

Ouragan Michael : qu’attendent les Américains pour mieux se protéger?

Publié le

Des rues jonchées de débris de maisons soufflées par le vent.
Vue aérienne d'un secteur résidentiel détruit après le passage de l'ouragan Michael à Mexico Beach en Floride.   Photo : Reuters

Daniel Dancause, président de l'agence spécialisée en gestion de crises Prudent Groupe Conseil, a l'impression que les Américains ne prennent pas la pleine mesure des changements climatiques et de leur incidence sur les catastrophes naturelles.

Je me demande jusqu’à quel point, dans le cas de Michael, on n'a pas sous-estimé les conséquences chez la population parce que Florence a été moins sévère [que prévu], dit-il. Cela pourrait expliquer, en partie, pourquoi on a autant de pertes de vies.

Daniel Dancause mentionne que les catastrophes naturelles seront de plus en plus nombreuses et frapperont de plus en plus fort en raison des changements climatiques. Pourtant, les États américains les plus touchés ne semblent pas vouloir changer leurs façons de faire pour mieux se protéger. Changer le code de construction, changer les façons de construire pour avoir des bâtiments plus résistants, cela demande un peu de temps, souligne-t-il. C’est une chose à faire, oui, mais ce n’est pas quelque chose qui pourra s’appliquer dès demain matin.

Daniel Dancause rappelle que la plupart des maisons en Floride sont construites avec des matériaux légers puisqu’il n’y a jamais d’hiver et n’ont souvent pas de solage.

Je pense que la Floride va faire partie des premiers États en Amérique du Nord qui n’auront plus les moyens de se reconstruire de la même manière, dans les mêmes lieux, parce que le temps violent va tout détruire dans des cycles beaucoup plus rapprochés.

Daniel Dancause, président de Prudent Groupe Conseil

Chargement en cours