•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Avec Karyne Lefebvre

En semaine de 15 h à 18 h

Une BD pour rire des travers du système de santé

Audio fil du mercredi 3 octobre 2018
Une illustration de bande dessinée montrant trois professionnels de la santé en train de déplacer un malade qui a le visage bleu sur une civière.

François Paquet et Yves Lessard font paraître "Code bleu", un nouveau tome de leur série "Stat".

Photo : Yves Lessard/Perro éditeur

Parce qu'il vaut mieux en rire qu'en pleurer, l'urgentologue François Paquet et son collègue infirmier clinicien Yves Lessard ont créé la bande dessinée Stat, question de faire découvrir les dessous du milieu hospitalier sous un angle humoristique.

Après 25 ans, on ramasse toutes sortes de situations cocasses, souligne François Paquet. Car, oui, le personnel des hôpitaux est placé devant de multiples situations désopilantes. L'urgentologue raconte qu’il n’y a pas si longtemps, une dame âgée s’est présentée à l’urgence le visage brûlé, mais le sourire aux lèvres. C’était son anniversaire et, au moment de souffler les bougies sur son gâteau, elle avait oublié qu’elle portait des lunettes d’oxygène, un objet qui donne de l’ampleur au feu. Malgré les brûlures, la dame ne pouvait s’empêcher de rire de l’incident.

François Paquet affirme que 90 % des histoires présentées dans sa bande dessinée sont vraies. Il suffit de trouver la tournure pour les rendre humoristiques, dit-il.

J’espère qu’avec ça, on va regarder le réseau en disant : "[Ce sont] des humains".

François Paquet, urgentologue

Il lui semble que les décideurs soient passablement déconnectés de la réalité : J’espère que le prochain gouvernement va penser aux gens sur le terrain. Nos infirmiers et nos médecins ont besoin de choses de base pour travailler, et c’est souvent ça qui tourne carré.

L’urgentologue donne comme exemple une pénurie de solutés survenue dans un hôpital tout simplement parce qu’on avait omis d’installer la puce qui tient l’inventaire à jour.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi