Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Isabelle Richer
Audio fil du mercredi 26 septembre 2018

« Le droit à l’avortement n’est pas gagné au Québec »

Publié le

Gros plan sur le ventre d'une femme enceinte et les mains de celle-ci.
Une femme enceinte   Photo : iStock

L'accessibilité à l'avortement fait encore défaut dans certaines régions du Québec, déplore Mariane Labrecque, de la Fédération du Québec pour le planning des naissances.

On croit que le Québec est un paradis de l’avortement, que c’est une lutte qui est gagnée, mais non, dit-elle. L’accessibilité aux services d’avortement, particulièrement en région, est très fragile, et c’est souvent tributaire des médecins.

Mariane Labrecque mentionne que trois régions n’ont qu’un seul point de service pour l’avortement : l’Outaouais, Chaudière-Appalaches et le Nord-du-Québec. Et une dizaine de régions n’ont que deux ressources pour desservir leur population. Ça fait en sorte que des situations comme celle de Rouyn-Noranda peuvent se reproduire, affirme-t-elle.

À Rouyn-Noranda, le seul médecin qui pratiquait des avortements n’est plus en poste, ce qui force les femmes à faire une heure de route pour se rendre à Val-d’Or si elles veulent recevoir ce service.

Selon Mariane Labrecque, cela représente plus de déplacements pour les femmes qui choisissent d’interrompre leur grossesse, et donc des coûts additionnels, davantage de stress et une augmentation du temps d’attente. Elle précise qu’à certains endroits, les délais peuvent s’étirer jusqu’à quatre semaines. Ce n’est vraiment pas le fun, quand tu fais le choix d’avoir un avortement, de devoir attendre un mois, souligne-t-elle.

L’avortement, c’est un droit, mais ce n’est manifestement pas une priorité pour le ministère de la Santé.

Mariane Labrecque, co-coordonnatrice de la Fédération du Québec pour le planning des naissances

Chargement en cours