Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du lundi 17 septembre 2018

Le problème de l'eau, c’est la pollution et non les redevances, dit un expert

Publié le

Analyse d'eau dans un parc de résidus de la mine Goldex, d'Agnico Eagle, en Abitibi-Témiscamingue.
Analyse d'eau dans un parc de résidus de la mine Goldex, d'Agnico Eagle, en Abitibi-Témiscamingue.   Photo : Ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles du Québec

« Ce qui est important, ce n'est pas l'eau prélevée, parce que presque toute l'eau est rejetée presque immédiatement, affirme Pierre J. Hamel, professeur-chercheur à l'Institut de recherche scientifique. Ce qui est important, c'est si elle est rejetée avec beaucoup de polluants. »

Pierre J. Hamel estime que les redevances imposées par le gouvernement du Québec aux industries qui utilisent l’eau sont ridicules : C’est tellement rien que ça pourrait n'être rien du tout et ça serait pareil!

La question, ce n’est pas de savoir si vous allez me donner un millième de sou, on ne veut juste pas que vous en preniez!

Pierre J. Hamel, professeur-chercheur à l'Institut de recherche scientifique

Le professeur dénonce aussi les industries qui gaspillent l'or bleu. Selon lui, la climatisation est l’une des principales sources de gaspillage d’eau à Montréal. L’eau potable sert de pompe à chaleur, déplore-t-il.

Toutefois, ce qui coûte surtout cher à la société québécoise, à son avis, c’est la contamination de l’eau.

Chargement en cours