Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du lundi 10 septembre 2018

Sécurité routière : cibler les automobilistes plutôt que les piétons

Publié le

Dix-neuf collisions entre piétons et automobiles ont été déclarées en 2018 à Montréal
Dix-neuf collisions entre piétons et automobiles ont été déclarées en 2018 à Montréal   Photo : iStock Photo / PinkBadger

« Il ne suffit pas d'être prudent pour ne pas se faire frapper. » Patrick Morency, médecin-conseil à la direction de la Santé publique de Montréal, estime que c'est une erreur de miser uniquement sur la sensibilisation des piétons pour assurer leur sécurité. Il souhaiterait un meilleur aménagement des axes routiers et une plus grande conscientisation des automobilistes.

La peinture, ça ne protège pas les piétons, soutient-il. Pour le médecin, la meilleure façon de protéger les piétons est de créer des aménagements physiques sur les grandes artères, comme installer des terre-pleins centraux servant de zones refuges, réduire le nombre de voies pour que les intersections soient moins longues à traverser et s’assurer que les feux de circulation ne permettent pas aux voitures de tourner lorsque les piétons ont la priorité. Il mentionne aussi les saillies de trottoir, qui, selon lui, ont prouvé leur efficacité sur les petites routes.

Patrick Morency se réjouit que des arrondissements aient décidé de réduire les limites de vitesse sur certaines artères, mais il croit qu’il faut plus que de simples panneaux pour forcer les automobilistes à ralentir : La question, c’est de savoir quels aménagements vont être implantés pour réduire la vitesse des véhicules pour vrai.

Revoir la priorité accordée aux automobiles

La marche, en soi, c’est très sécuritaire, affirme Patrick Morency. Le problème avec les piétons, c’est qu’ils sont exposés à des véhicules.

C’est pourquoi il pense que les campagnes de sensibilisation doivent cibler les automobilistes plutôt que les piétons.

Ce qu’il faut revoir, c’est la mobilité et la priorité accordée à l’automobile parce qu’il est beaucoup plus efficace et sécuritaire de se déplacer autrement qu’en automobile, croit-il.

Chargement en cours