Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Isabelle Richer
Audio fil du lundi 10 septembre 2018

Ouragan Florence : une résidente de la Caroline du Nord se prépare au pire

Publié le

L’ouragan Florence menace la côte est des États-Unis : Entrevue avec Émilie Hart
Photo : The Associated Press / NASA

Alors que l'ouragan Florence s'approche de la côte est des États-Unis, trois États – la Caroline du Nord, la Caroline du Sud et la Virginie – ont déclaré l'état d'urgence. Pour le moment, rien n'indique l'arrivée d'un tel ouragan dans le ciel de la Caroline du Nord, mais Émilie Hart, une résidente de Wilmington, se prépare au pire.

Le ciel est bleu, il fait soleil, tout va bien, décrit Émilie Hart, qui vit au bord de la mer. Elle sait toutefois qu’il n’en demeurera pas ainsi. C’est pourquoi elle a pris toutes les mesures nécessaires pour protéger sa famille lorsque Florence touchera la côte. Il faut qu’on prenne ça vraiment au sérieux, dit-elle. On a donc ramassé tout ce qu’il y avait dans la cour, on a rempli notre bain d’eau pour avoir des réserves et nous avons de la nourriture en masse.

On peut remplacer n’importe quoi, sauf la vie. Il faut donc être intelligent et prendre les bonnes décisions.

Émilie Hart, résidente de la Caroline du Nord

Émilie Hart a également décidé d’envoyer ses enfants par avion à New York. Son mari et elle devront toutefois rester en Caroline du Nord en raison de leur travail. Émilie Hart travaille dans un organisme qui vient en aide aux sinistrés, tandis que son mari est employé par l’aéroport. Leurs employeurs les hébergeront dans des endroits sécuritaires s’il est impossible pour eux de retourner à leur demeure.

Matthew se fait encore sentir

Émilie Hart a vécu l’ouragan Matthew en 2016, et elle affirme travailler encore aujourd’hui auprès de survivants qui n’ont toujours pas reçu les fonds pour reconstruire leur maison.

Habituellement, ça prend entre quatre et cinq ans avant que les maisons soient rebâties et que les gens puissent retourner chez eux, précise-t-elle.

Chargement en cours