Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du jeudi 6 septembre 2018

Montréal, hôte du plus grand festival de jeux vidéo au pays

Publié le

Stéphanie Harvey derrière un micro dans un studio radio de Radio-Canada.
Stéphanie Harvey est la porte-parole du festival de jeux vidéo Dreamhack Montréal.   Photo : Radio-Canada / Catherine Contant

Le stade olympique accueillera en fin de semaine Dreamhack Montréal, un festival de jeux vidéo qui réunira plus de 15 000 participants, dont 500 joueurs professionnels de partout dans le monde. Il s'agit du plus grand festival du genre au Canada, selon la porte-parole de l'événement, la joueuse professionnelle Stéphanie Harvey.

C’est le balbutiement des compétitions internationales au pays, dit-elle en parlant du festival Dreamhack Montréal.

L'événement sera le théâtre d'une dizaine de compétitions, mais Stéphanie Harvey précise qu'il s'adresse aussi aux amateurs de tous âges. Il y aura des ordinateurs sur lesquels les gens pourront jouer à des jeux vidéo, regarder des tournois et y participer, explique-t-elle. Il y aura aussi des exposants.

Selon Stéphanie Harvey, Montréal est l'une des cinq capitales mondiales du jeu vidéo sur le plan de la conception, mais elle tarde à se lancer dans le réseau des tournois internationaux.

Un monde d'hommes?

De plus en plus de femmes réussissent à se tailler une place dans l'univers des sports électroniques professionnels, mais le sexisme demeure bien présent.

Stéphanie Harvey n'est pas épargnée : Je suis capable de faire avec pour le moment, mais ça me préoccupe énormément pour la jeunesse. » Elle voit le sexisme et l'intimidation comme un problème de société en général, et non pas comme un phénomène particulier aux jeux vidéo.

Pour la joueuse professionnelle, la solution réside dans l'éducation. Elle souhaite que les professeurs sensibilisent les jeunes dès leur plus jeune âge au respect des autres, et particulièrement des minorités.

Chargement en cours