Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Le 15-18
Audio fil du mardi 4 septembre 2018

La Maison-Blanche, un « village de fous » : le livre de Bob Woodward secoue le président Trump

Publié le

Bob Woodward dresse le portrait accablant d'un président inculte, colérique et paranoïaque
Le journaliste Bob Woodward publie Fear: Trump in the White House   Photo : The Associated Press / Alex Brandon

Le livre Fear: Trump in the White House, du journaliste Bob Woodward, ne paraîtra que le 11 septembre, mais des extraits publiés dans le Washington Post font déjà réagir aux États-Unis. Les différents témoignages recueillis par l'auteur jettent un éclairage peu reluisant sur les coulisses de la Maison-Blanche, indique Raphaël Bouvier-Auclair, correspondant de Radio-Canada à Washington.

Bob Woodward s’est fait connaître dans les années 70 pour son enquête journalistique sur le scandale du Watergate, qui a mené à la démission du président Nixon. Sa réputation n’est plus à faire, comme l’explique Raphaël-Bouvier Auclair : C’est vraiment un journaliste de renom. Quand il écrit quelque chose, tout le monde veut le lire. C’est quelqu’un qui a une très grande crédibilité journalistique.

Bob Woodward raconte notamment dans son livre que le chef de cabinet du président Donald Trump, John Kelly, voit la Maison-Blanche comme un village de fous et qu’il n’aime pas son travail, qui serait même le pire emploi qu’il a occupé dans sa vie.

On apprend aussi que le secrétaire à la Défense, James Mattis, aurait décidé de désobéir au président lorsque celui-ci lui a ordonné d’assassiner le président syrien, Bachar Al-Assad.

Un avocat de la Maison-Blanche est même allé jusqu’à dire à Bob Woodward que Donald Trump ne devait pas témoigner dans l’enquête sur l’ingérence russe, car il risquait de se parjurer. On apprend par le biais d’un extrait qui a été diffusé qu’il y a des pratiques d’interrogatoire qui ont été [utilisées] avec des collaborateurs, d’une trentaine de minutes, au cours desquelles M. Trump aurait été colérique et se serait contredit, précise Raphaël Bouvier-Auclair.

Des histoires fabriquées

Dans une déclaration remise aux journalistes, la porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Sanders, affirme que le livre de Bob Woodward est un recueil d’histoires fabriquées.

Le chef de cabinet John Kelly soutient quant à lui que les propos qu’on lui attribue sont faux.

De son côté, le président américain dit s’attendre à lire un livre inexact, sans toutefois s'en prendre à la crédibilité du journaliste lui-même.

Chargement en cours