Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du mardi 7 août 2018

Un dernier hommage à Paul Gérin-Lajoie par son fils

Publié le

Paul Gérin-Lajoie en 2013
Paul Gérin-Lajoie reçoit le prix Georges-Émile-Lapalme 2013.   Photo : La Presse canadienne / PC/Jacques Boissinot

« On est flattés par tous les hommages qu'il a reçus; c'est phénoménal. On les reçoit avec beaucoup de fébrilité, de modestie et de respect pour la carrière de papa », raconte François Gérin-Lajoie, fils de Paul Gérin-Lajoie, le père de l'éducation au Québec.

Paul Gérin-Lajoie s’est éteint à 98 ans le 25 juin dernier à Montréal. Sa dépouille sera exposée en chapelle ardente dans la cathédrale Marie-Reine-du-Monde, mercredi, avant que des funérailles nationales y soient célébrées en son honneur, jeudi.

Il a eu une carrière exceptionnelle, il a commencé très jeune et il a été actif jusqu’au dernier mois avant sa mort.

François Gérin-Lajoie

François Gérin-Lajoie souligne qu’avant de mourir, son père était en train de préparer l’anthologie de ses meilleurs discours, qui va sortir bientôt.

Une figure marquante de l’histoire du Québec

Premier ministre de l'Éducation du Québec, poste qu'il a occupé de 1964 à 1966, Paul Gérin-Lajoie a été à l'origine de la laïcisation des écoles dans la province et de la gratuité de l’éducation.

Il est également le père de la doctrine Gérin-Lajoie, selon laquelle les provinces sont autonomes en matière de relations internationales dans leurs domaines de compétence.

François Gérin-Lajoie souligne que son père, de par son éducation et sa personnalité, était bien préparé pour changer en profondeur le Québec.

« Il était bien préparé comme tribun, il avait fait ses classes et il avait un bagage intellectuel important. [...] Il n’acceptait jamais un non comme réponse », remarque-t-il.

On est très touchés que plusieurs membres de la société québécoise en parlent comme le père de la Révolution tranquille, comme celui qui les a aidés à se trouver un métier.

François Gérin-Lajoie

La Fondation Paul Gérin-Lajoie

Les dernières années de sa vie, Paul Gérin-Lajoie les a consacrées à l’éducation et à la coopération internationale par l’entremise de sa fondation. Une œuvre que poursuit aujourd’hui son fils François en tant que président du conseil d'administration de la Fondation Paul Gérin-Lajoie.

« Dans les années qui viennent, le développement de la fondation va se faire sur le terrain, en Afrique, en Haïti. Il a travaillé avec nous à la planification stratégique des quatre prochaines années, c’est son legs pour la fondation », souligne François Gérin-Lajoie.

Chargement en cours