Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

L'animateur Martin Labrosse
Audio fil du jeudi 26 juillet 2018

Annulation de Kanata : une bonne nouvelle, selon la présidente de Femmes autochtones du Québec

Publié le

Extrait de la pièce <i>Kanata</i>
Tout comme SLĀV, la pièce Kanata, dirigée par Robert Lepage, a été annulée dans la foulée d'une controverse d'appropriation culturelle.   Photo : Courtoisie/Théâtre du Soleil

Viviane Michel se réjouit de l'annulation du spectacle Kanata, de Robert Lepage et Ariane Mnouchkine. La présidente de Femmes autochtones du Québec était sortie très déçue de la rencontre qui avait eu lieu entre les créateurs du spectacle et une trentaine d'Autochtones.

On avait quand même soumis plusieurs de nos attentes par rapport à ça, surtout l’inclusion, raconte-t-elle. Mais moi, cette rencontre-là, quand j’en suis sortie, j’étais déçue, dans le sens que j’ai senti un mur, je n’ai pas senti de réception.

Même si elle approuve l'annulation du spectacle, Viviane Michel aurait préféré qu'il ait lieu, mais avec la collaboration d’Autochtones. On aurait pu faire un très beau travail ensemble si on avait pu avoir un partage, car on a de très bons artistes, producteurs, réalisateurs autochtones, affirme-t-elle.

Personne n’a dit "on ne veut pas de spectacle".

Viviane Michel, présidente de Femmes autochtones du Québec

Viviane Michel croit que Kanata avait pour but de contribuer à la réconciliation entre Autochtones et non-Autochtones et qu’il a échoué dans cet objectif : On voulait toucher à la réconciliation dans cette forme de spectacle, mais si on n’inclut pas les Premières Nations, est-ce qu’on parle de réelle réconciliation? Je ne pense pas.

Pour elle, l’annulation de Kanata n’est qu’un nouveau départ pour les artistes autochtones, qui, espère-t-elle, pourront participer à d’autres productions qui mettront en vedette la culture et l’histoire des Premières Nations.

Chargement en cours