•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Demande de recours collectif contre les CHSLD : « une question de dignité »

Audio fil du mardi 10 juillet 2018
Une dame dans un fauteuil roulant dans le couloir d'un CHSLD.

Des aînés dans un CHSLD.

Photo : Radio-Canada

Pour l'avocat Philippe Larochelle, qui chapeaute la demande de recours collectif visant tous les CHSLD du Québec, cette action en justice est essentiellement une question de dignité pour les résidents de ces centres.

Est-ce qu’on veut que nos aînés vivent dans la dignité ou dans des couches souillées?, demande-t-il.

Philippe Larochelle précise que la demande tient compte d’une définition large de la maltraitance, qui peut se traduire de toutes sortes de façons : des gens qui sont lavés une fois par semaine, des personnes qui ont tout leur esprit, mais à qui on administre des antipsychotiques, des résidents qui seraient capables d’aller aux toilettes, mais à qui on met des couches, etc. En tout, 22 comportements ont été ciblés par les demandeurs.

C’est un ensemble de facteurs qui font en sorte que nos aînés passent les dernières années de leur vie dans des conditions déplorables.

Philippe Larochelle, avocat

La demande de recours collectif vise plus précisément les Centres intégrés universitaires de santé et de services sociaux (CIUSS) et les Centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS) puisque ce sont eux qui, selon la loi, sont tributaires de la qualité des soins, affirme Philippe Larochelle.

La loi prévoit qu’on doit offrir un milieu de vie substitut, donc qui doit ressembler le plus possible à la vie qu’on mènerait si on restait chez soi, dit-il.

Selon l’avocat, cela pourrait prendre plusieurs années avant que le dossier se règle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi