•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Suicide d’une ambulancière : un paramédical demande un meilleur soutien psychologique

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Suicide d’une ambulancière : un paramédical demande un meilleur soutien psychologique

Audio fil du vendredi 1 juin 2018
Les activités reprennent au Centre culturel islamique de Québec

Les activités reprennent au Centre culturel islamique de Québec

Photo : Radio-Canada / Pascale Lacombe

Dans une chronique publiée dans le journal Le Soleil, Mylène Moisan raconte l'histoire d'Andréanne Leblanc, une jeune ambulancière qui s'est enlevé la vie, un peu plus d'un an après être intervenue lors de l'attentat à la grande mosquée de Québec. En entrevue au 15-18, son ami et ex-collègue André Tremblay-Roy, vice-président de la Fraternité des travailleurs et travailleuses du préhospitalier du Québec, demande un meilleur soutien psychologique pour les ambulanciers.

Il n’y a pas que les tueries et les bains de sang qui peuvent traumatiser les ambulanciers. « Il y a toutes sortes d’autres situations auxquelles nous, les paramédicaux, devons faire face, comme réanimer une personne qui a notre âge et qui vient de s’écrouler devant ses proches qui sont en cris et en pleurs », précise André Tremblay-Roy. Il mentionne également les cas d’agression et les situations où des enfants sont concernés.

L'ambulancier paramédical déplore que les campagnes de prévention chez les ambulanciers soient axées sur la santé physique, alors que la santé psychologique semble mise de côté.

Il faut se rappeler que nous ne sommes pas des superhéros. Il faut se rappeler que nous sommes des êtres humains derrière l’uniforme et derrière toute la formation que nous avons reçue.

André Tremblay-Roy, vice-président de la Fraternité des travailleurs et travailleuses du préhospitalier du Québec

Dans le cas de son amie Andréanne, il a vu le changement s’opérer en elle après son intervention à la grande mosquée de Québec, mais chaque fois qu’il tentait d’aborder le sujet avec elle, elle mettait soudainement fin à la conversation.

André Tremblay-Roy souhaite que les interventions soient plus efficaces, plus rapides et plus « agressives » lorsqu’un ambulancier vit un événement traumatisant. C’est pourquoi il travaille en ce moment à un programme de sentinelles qui permettrait de reconnaître les ambulanciers qui ont besoin de soutien.

Besoin d'aide pour vous ou pour un proche?

Association québécoise de prévention du suicide : 1 866 APPELLE (277-3553)
Ce service est offert partout au Québec, 7 jours sur 7, 24 heures sur 24.

Le nouveau site web commentparlerdusuicide.com (Nouvelle fenêtre) outille les Québécois qui veulent aborder le sujet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi