Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du mercredi 30 mai 2018

Il n'y a pas plus de chenilles cette année, mais voici comment vous en débarrasser

Publié le

Des livrées des forêts regroupées sur un arbre
Des livrées des forêts regroupées sur un arbre   Photo : Radio-Canada / Sophie Houle-Drapeau

Vous avez l'impression qu'il y a plus de chenilles cette année? Ce n'est qu'une illusion, affirme l'entomologiste Marjolaine Giroux, de l'Insectarium de Montréal. Il n'en demeure pas moins que les chenilles à tentes sont nombreuses à envahir les arbres en ce moment. Or, il existe des façons de vous en débarrasser.

Ce type de chenille, qui inclut la livrée d'Amérique, a l'habitude de créer des tentes de soie dans les arbres pour se protéger. Une espèce en particulier, la livrée des forêts, tisse plutôt une nappe de soie sur les troncs d'arbres, sur laquelle les chenilles se regroupent pour passer la nuit.

« On peut simplement couper la branche avec la tente et noyer la tente dans un seau d'eau savonneuse », explique Marjolaine Giroux. Si on ne peut pas couper la branche, on peut trouver une autre façon de détruire la tente avec les chenilles.

« On peut aussi faire tomber les chenilles dans des contenants d'eau savonneuse », ajoute l'entomologiste.

Elle tient toutefois à préciser que ce type de chenille n'est dangereux ni pour la santé des humains ni pour celle des animaux, contrairement à la chenille processionnaire, qu'on trouve en Europe et qui peut occasionner d'importants problèmes respiratoires. On reconnaît les chenilles processionnaires à leur habitude de se déplacer à la queue leu leu. Marjolaine Giroux assure qu'on n'en trouve pas au Québec.

Chargement en cours