Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du mardi 29 mai 2018

Faire pousser des légumes africains pour attirer les immigrants en région

Publié le

Deux femmes et deux hommes d'origine congolaise en train de planter des légumes dans un champ.
Des Québécois d’origine congolaise plantent des légumes africains à Louiseville.   Photo : Radio-Canada / Dominic Brassard

Amarante, aubergine africaine, oseille... Un Québécois d'origine congolaise fait pousser à Louiseville des légumes du pays d'où il vient. Malgré le climat rude de la province, cette culture, qu'il souhaitait tester il y a cinq ans, est aujourd'hui bien établie. Elle suscite aussi un grand intérêt au sein des communautés africaines immigrantes.

Paterne Mirindi, directeur général de l'organisme Groupement volontaire pour le développement rural durable nord-sud, s'est posé une question lorsqu'il est arrivé au Canada : « Pourquoi les gens devaient-ils continuer à importer des légumes, alors qu'on peut les développer ici? » L'agriculteur souligne que les immigrants ont de la difficulté à retrouver les légumes de leur enfance en sol québécois.

Il a donc lancé l'idée de faire pousser des légumes africains au Québec. Certains plants sont d'abord cultivés en serre dès le mois de février, et ils sont ensuite plantés dans des champs à Louiseville à la fin mai. D'autres, comme l'amarante, atteignent leur pleine maturité en 30 jours, directement dans les champs.

Pour Paterne Mirindi, l'accès à ces légumes ne représente ni plus ni moins qu'un enjeu d'intégration. « Manger, c'est culturel », dit-il. À son avis, l'absence de légumes africains dans les supermarchés peut freiner l'immigration à l'extérieur des grandes villes. « Il y a des immigrants qui ne trouvaient pas ce qu'ils aimaient comme légumes et qui préféraient déménager à Montréal pour rester à côté des marchés tropicaux », explique Paterne Mirindi.

Selon lui, la culture de ces légumes suscite beaucoup d'intérêt au sein de la communauté africaine établie au pays. Il affirme que les clients viennent de Toronto, d'Ottawa, de Montréal et de Québec.

Trois femmes et deux hommes d'origine congolaise se tiennent par la main dans un champ.
Certains plants sont d'abord cultivés en serre dès le mois de février et sont ensuite plantés dans les champs à la fin mai. Photo : Radio-Canada/Dominic Brassard

Il peut d'ailleurs compter sur de nombreux bénévoles congolais pour l'aider dans son travail. Parmi eux, il y a Bertin Baharanyi Batasema, qui explique que cette nourriture lui rappelle tout simplement ses origines : « C'est de la nostalgie culinaire! Parce que tu dis que ça fait longtemps que tu en as mangé. Et tu y vas! »

Deux journées d'autocueillette sont par ailleurs organisées à la fin du mois d'août, lorsque les légumes ont atteint leur pleine maturité.

Chargement en cours