•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Coran, profané par des militaires trop immatures pour être officiers

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Le Coran, profané par des militaires trop immatures pour être officiers

Audio fil du vendredi 25 mai 2018
Le Collège militaire royal de Saint-Jean-sur-Richelieu (archives)

Le Collège militaire royal de Saint-Jean-sur-Richelieu (archives)

Photo : Radio-Canada

Pour Gaston Côté, ex-brigadier-général des Forces armées canadiennes, les gestes commis par des élèves-officiers du Collège militaire royal de Saint-Jean montrent que ceux-ci sont trop immatures pour accomplir les devoirs d'un officier.

« [Un coran a été profané] par de jeunes adultes immatures qui ne méritent certainement pas les responsabilités que l’on veut leur confier comme officiers », affirme le brigadier-général à la retraite.

Il souligne que ces élèves-officiers pourraient un jour être appelés à commander un groupe de 30 personnes dans des conditions dangereuses, ce qui requiert une grande maturité et la capacité de distinguer le bien du mal. « Il faut qu’ils fassent preuve d’équilibre, il faut qu’ils fassent preuve aussi de jugement et de maturité dans toutes leurs décisions. Ce qui n’est certainement pas le cas dans ce qui nous occupe aujourd’hui », explique-t-il.

Gaston Côté précise que les futurs officiers de l’Armée canadienne doivent se familiariser avec la Charte canadienne des droits et libertés au cours de leur formation. « On protège le pays, qui est composé d’un tissu social de plus en plus diversifié et, eux, comme officiers, leur mission est de respecter tout cela et de s’assurer que tous leurs subordonnés respectent, eux aussi, toutes ces conditions-là », ajoute-t-il.

L’armée est là pour protéger les gens, pas pour jeter de l'huile sur le feu.

Gaston Côté, ex-brigadier-général des Forces armées canadiennes

L'ex-brigadier-général croit que le Collège militaire royal de Saint-Jean a bien fait de consulter des imams et des aumôniers militaires musulmans à la suite de l’incident, compte tenu du contexte de tension entourant l’islam depuis l’attentat à la grande mosquée de Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi