Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Le 15-18
Audio fil du vendredi 25 mai 2018

SAQ, ouverte à la consigne : la première d’un ensemble de solutions

Publié le

Des bouteilles de vin alignées dans un magasin d'alcool
Des bouteilles de vin dans un magasin d'alcool   Photo : Radio-Canada / Maxime Beauchemin

Pour Marc Olivier, chargé de cours au Centre universitaire de formation en environnement et développement durable de l'Université de Sherbrooke, il est impératif de trouver plusieurs solutions pour récupérer le verre, et l'ouverture de la SAQ à l'instauration d'une consigne sur les bouteilles de vin et de spiritueux est un pas dans la bonne direction.

« On a besoin de plus d’une solution », croit Marc Olivier. À son avis, l’instauration d’une consigne permettrait, au mieux, de récupérer 50 % du verre qui est mis dans les bacs de recyclage. « Ça veut dire qu’on diminuerait de 50 % la contamination des autres matériaux », souligne-t-il.

Marc Olivier estime que seulement une petite partie des bouteilles récupérées grâce à la consigne pourrait être réutilisée. Le reste serait transformé en d’autres objets.

« La consigne permettrait de récupérer une partie du flux de verre de façon très propre, sans qu’il soit mélangé aux autres matières », affirme-t-il. Comme les bouteilles non réutilisées seraient envoyées entières aux centres de tri, il serait plus facile de les séparer en fonction de leur couleur que si elles avaient été mises au bac de recyclage, dans lequel elles risquent de se briser.

Il est important d’avoir des lots de verre très propres si on veut faire d’autres matériaux par la suite.

Marc Olivier, chargé de cours au Centre universitaire de formation en environnement et développement durable de l'Université de Sherbrooke

Marc Olivier donne l’exemple de la laine de verre pour isoler les maisons : « Ce qu’on utilise pour faire les nappes de laine de verre, qui servent à isoler nos maisons, c’est du verre de récupération, mais si ce verre-là est tout mélangé avec d’autres débris, on n’est pas capable de s’en servir. »

Les bouteilles de vin et de spiritueux représentent la majeure partie du verre mis dans les bacs de recyclage, selon Marc Olivier. Même avec une consigne, certains objets de verre se retrouveraient dans les bacs, et c’est pourquoi il faut penser à d’autres solutions pour maximiser la récupération de cette matière, croit-il.

Chargement en cours