Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Isabelle Richer
Audio fil du jeudi 10 mai 2018

Daesh n’est pas mort, loin de là

Publié le

Abou Bakr Al-Baghdadi dans une vidéo parue en 2014.
Le spécialiste Mohammad-Mahmoud Ould Mohamedou se demande si le leader de Daesh, Abou Bakr Al-Baghdadi, est encore vivant.   Photo : Reuters / Reuters TV

Le groupe armé État islamique, aussi connu sous le nom de Daesh, est toujours important et il continuera à l'être, estime Mohammed-Mahmoud Ould Mohamedou, professeur d'histoire internationale à l'Institut de hautes études internationales et du développement à Genève.

« Mais, à l’évidence, le groupe n’a plus la superbe qu’il avait il y a deux ou trois ans », précise-t-il.

Le spécialiste croit que Daesh pourrait se relocaliser en Afghanistan ou en Afrique du Nord, par exemple.

Il mentionne que la concurrence continue de se faire sentir entre le groupe armé État islamique et les talibans en Afghanistan. Les deux groupes ont des divergences de vues et de stratégies, en plus d’être le théâtre de luttes de chefs et de clans. Les talibans concentrent leurs activités en Afghanistan, tandis que les revendications de Daesh dépassent les frontières des États.

La grande question aujourd’hui, c’est, dans la prochaine phase, comment l’État islamique va rebondir, ou pas?

Mohammed-Mahmoud Ould Mohamedou, professeur d'histoire internationale

Abou Bakr al-Baghdadi, mort ou vivant?

« Baghdadi est un grand mystère », affirme le spécialiste, en parlant du leader de Daesh. « Est-il même vivant? » se demande-t-il.

Il souligne que nous avons peu d’informations sur l’état de la direction du groupe armé État islamique : « À l’évidence, quelqu’un dirige le groupe, mais ce n’est pas clair si c’est un chef, ou bien si l'on est, comme je le pense, dans une phase de transition, d’où une nouvelle génération pourrait émerger. »

Chargement en cours