Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

L'animateur Martin Labrosse
Audio fil du mardi 8 mai 2018

Un livre pour rendre le droit environnemental accessible aux citoyens

Publié le

Un pipeline
Les pipelines sont des exemples de projets auxquels les citoyens devraient s'intéresser d'un point de vue juridique, pense Jean Baril.   Photo : TransCanada

Jean Baril, professeur au Département des sciences juridiques de l'Université du Québec à Montréal, publie le Guide citoyen du droit québécois de l'environnement pour aider les Québécois à prendre en main la protection de l'environnement.

Jean Baril n’est qu’un simple citoyen lorsqu’il décide de se battre contre un projet de barrage sur la rivière Bastican, en Mauricie. Après quatre années de démarches juridiques, la Cour d’appel du Québec lui donne finalement raison.

C’est alors qu’il décide, à 44 ans, d’étudier le droit de l’environnement. « Comme citoyen, je m’étais aperçu des difficultés de s’informer », explique-t-il.

Aujourd’hui, Jean Baril publie un guide pour outiller les citoyens qui, comme lui, voudraient s’opposer à un projet qui menace l’environnement.

La dernière chose à faire, c’est de laisser le droit de l’environnement aux seules mains des avocats et des juges, ou des élus.

Jean Baril, professeur au Département des sciences juridiques de l'UQAM

Jesn Baril estime que le droit environnemental a beaucoup progressé dans les dernières années, mais que les lacunes sont encore nombreuses. Par exemple, un promoteur qui se fait refuser son autorisation pour un projet peut contester la décision devant le Tribunal administratif du Québec, mais un citoyen ou un élu ne pourrait pas contester une autorisation devant ce même tribunal.

« Pour que le droit progresse, il faut que les citoyens soient conscients de ses limites », pense-t-il. Il croit que c’est par l’expérience, par exemple en participant à une enquête du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement, que les citoyens peuvent détecter les faiblesses du système.

Chargement en cours