Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du mercredi 28 février 2018

Quand le centre-ville de Montréal appartenait aux Européens

Publié le

Les édifices de la ville de Montréal se reflètent dans les eaux du Vieux-Port à l'aube d'une journée de janvier.
Montréal vu d'Habitat 67   Photo : Radio-Canada / Simon-Marc Charron

Dans les années 70, un journaliste de The Gazette s'est demandé à qui appartenaient tous les gratte-ciel qui poussaient comme des champignons au centre-ville de Montréal. Alors qu'il croyait y trouver des compagnies américaines, il a plutôt découvert que c'était des Européens qui avaient construit et possédaient ces bâtiments. Dans son documentaire Main basse sur la ville, le réalisateur Martin Frigon revient sur cette enquête.

Des Italiens, des Belges, des Allemands, des Français, des Britanniques... Ce sont des Européens qui ont développé le centre-ville de Montréal. Toutefois, les résultats de l’enquête du journaliste Henri Aubin vont beaucoup plus loin, précise Martin Frigon. Il s’est aperçu que 90 % des compagnies qui ont développé le centre-ville avaient des intérêts dans l’industrie pétrolière ou automobile. « Donc, ces compagnies-là construisent le centre-ville, mais tirent profit de l’étalement urbain », résume le réalisateur.

Aujourd’hui, les capitaux ne sont plus étrangers, mais québécois. Selon Martin Frigon, ce sont Desjardins et la Caisse de dépôt et placement du Québec qui possèdent la majeure partie des édifices.

« Mais la philosophie de développement n’a pas changé et c’est ce qu’on essaie de démontrer dans le documentaire », ajoute-t-il.

Ce sont les promoteurs qui décident du développement aujourd’hui et il n’y a pas de vision d’ensemble d’aménagement du territoire.

Martin Frigon, réalisateur

Le documentaire Main basse sur la ville sera à l'affiche au Cinéma du Parc à partir du 30 mars.

Chargement en cours