Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

L'animateur Martin Labrosse
Audio fil du lundi 26 février 2018

Aller au théâtre dans une chambre d’hôpital

Publié le

Une infirmière, un patient en jaquette et une femme portant un voile, tous trois assis sur un lit d'hôpital
L'affiche de la pièce "Le dernier sacrement", mettant en vedette les comédiens Ayana O’Shun, Denis Bouchard et Sofia Blondin   Photo : Denis Bouchard/Facebook

Y a-t-il un endroit plus approprié qu'une chambre d'hôpital aux soins palliatifs pour parler de fin de vie? C'est ce qui a poussé le comédien et auteur Denis Bouchard à présenter sa pièce Le dernier sacrement au Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM).

C’est le comédien Claude Meunier qui en a eu l’idée et qui a proposé de faire du spectacle une campagne de financement pour la fondation de l’hôpital, raconte Denis Bouchard.

Mais l’histoire de la pièce lui a été inspirée par une phrase qu’il a lue il y a plusieurs années et qui disait que les gens croyants mouraient plus en paix que les autres. « Je me suis dit que c’était mal parti pour moi! », lance Denis Bouchard en riant, puisqu’il est athée.

Dans sa pièce Le dernier sacrement, il a voulu illustrer les différents points de vue entourant la mort. L’histoire tourne autour d’un professeur, non croyant, qui se retrouve aux soins palliatifs. Il discute de la mort avec l’infirmière qui s’occupe de lui et qui, elle, croit en Dieu.

La pièce est une comédie ayant une fin tragique, précise Denis Bouchard.

Une expérience immersive

Pour écrire sa pièce, l’auteur est allé visiter des unités de soins palliatifs, et il en est ressorti ébahi : « À ma grande surprise, j’ai constaté que ce n’étaient pas des mouroirs, contrairement à ce qu’on pense. Il y a beaucoup d’humour, beaucoup de joie. C’est hallucinant ce qui se passe là! Ce sont des gens qui ont fait la paix, et ça n’a rien à voir avec la foi. »

Denis Bouchard tient à préciser que la pièce sera présentée dans une chambre qui sert de salle de classe au CHUM. « On ne prend pas la place d’un patient », assure-t-il.

En plus des trois comédiens, de nombreux employés du CHUM feront une apparition sur scène en tant que figurants.

Le dernier sacrement sera présentée du 1er au 12 mai au CHUM, et les 17 et 18 mai au Théâtre Outremont.

Chargement en cours