Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du mercredi 21 février 2018

La pensée d’Adam Smith travestie pour servir le capitalisme sauvage

Publié le

Tableau représentant Adam Smith
Portrait de l'économiste écossais Adam Smith   Photo : Scottish National Gallery

La théorie de la main invisible, élaborée par l'économiste écossais Adam Smith à la fin du 18e siècle, est utilisée depuis longtemps par les adeptes du néolibéralisme pour justifier le laisser-faire économique et le capitalisme sauvage. Or, Adam Smith n'a jamais cautionné une telle vision de l'économie, soutient l'auteur Thierry Pauchant.

Selon lui, les adeptes du néolibéralisme croient que le principe de la main invisible signifie qu’il ne faut imposer aucune règle au marché et que la poursuite des intérêts individualistes permet de servir l’intérêt commun. « Mais quand vous regardez le texte de Smith, ce n’est pas ça pantoute! », s’exclame Thierry Pauchant.

Au contraire, « Adam Smith était vu à son époque comme quelqu’un qui s’occupait des plus pauvres », précise M. Pauchant. « Son modèle en est un de progressisme social. Il voulait que les gens aient de la viande et qu’ils marchent avec des chaussures en cuir. »

Thierry Pauchant déplore que l’on ait séparé l’éthique de la politique économique d’Adam Smith.

Il énumère trois points sur lesquels l'économiste écossais insiste dans les livres qu’il a écrits, et que l’on ne respecte pourtant pas aujourd’hui : ne pas s’attacher à un dogme, ne pas abuser des humains et de la nature, et ne pas laisser libre cours au mercantilisme débridé.

Il pensait réellement que l’on pouvait trouver une économie qui nous rendrait plus libres, qui donnerait une façon plus équitable de faire des choses à travers toutes les classes sociales, et qui serait durable sur le plan écologique.

Thierry Pauchant, professeur titulaire de management éthique

Quant à la main invisible, Thierry Pauchant affirme qu’il ne s’agit que d’une métaphore mentionnée à peine trois fois dans les ouvrages de Smith. « On a pris six mots, et on a résumé 1,5 million de mots là-dessus », déplore-t-il.

Avec son essai Manipulés : se libérer de la main invisible d’Adam Smith, Thierry Pauchant espère remettre les pendules à l’heure. « Moi, j’essaie de trouver une théorie qui pourrait rassembler les forces progressistes du monde pour qu’on s’oppose réellement aux néolibéraux. »

Chargement en cours