Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

L'animateur Martin Labrosse
Audio fil du jeudi 8 février 2018

Un an après l’assassinat de sa fille, le dur retour au travail

Publié le

Des chandelles
Des chandelles   Photo : iStock

Après plusieurs mois de deuil, le père de Daphné Huard-Boudreault, qui a été assassinée en mars 2017, doit retourner au travail. L'Association des familles de personnes assassinées ou disparues lance justement un guide pour faciliter cette transition.

Ce guide, qui s'adresse autant aux familles qu'aux employeurs, a beaucoup aidé Éric Boudreault à réintégrer son emploi. Il croit que cet outil peut servir à quiconque a vécu un stress post-traumatique.

David Boudreault se considère chanceux d’avoir des assurances qui lui ont permis d’être en congé pendant presque un an. Il souligne que la plupart des personnes n’ont droit qu'à 15 semaines avec l’assurance-emploi. « J’étais loin d’être guéri après 15 semaines. Je n’étais même pas capable de conduire ma voiture », dit-il.

Il apprécie également la souplesse dont a fait preuve son employeur : « J’ai été chanceux, mon employeur a suivi le guide sans l’avoir. Il est allé par instinct. »

Cette semaine est la première semaine de travail à temps plein pour Éric Boudreault. Il avoue avoir envisagé ce retour avec soulagement, mais crainte aussi. « On espère toujours retrouver la personne qu’on était avant », explique-t-il. « Mais la fatigue rend la concentration difficile. »

Et comment doit-on agir lorsqu’on a un collègue qui a vécu un tel drame? Faut-il éviter d’aborder le sujet avec lui? Au contraire, pense Éric Boudreault. « On aime ça en parler, ça nous fait du bien, on conscientise les gens à ce qu’on vit. »

Chargement en cours