•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Professeur suspendu pour des propos homophobes : la réputation de l’employeur prime, selon une avocate

Le 15-18

Avec Isabelle Richer

En semaine de 15 h à 18 h

Professeur suspendu pour des propos homophobes : la réputation de l’employeur prime, selon une avocate

Audio fil du lundi 5 février 2018
Jean Laberge

Jean Laberge

Photo : Facebook/Jean Laberge

L'avocate en droit du travail Marianne Plamondon croit qu'il est tout à fait justifié que le Cégep du Vieux Montréal ait suspendu un professeur de philosophie pour les propos homophobes qu'il a tenus sur Facebook.

« La liberté d’expression ne permet pas de tenir des propos de nature discriminatoire », souligne Me Plamondon.

Elle ajoute que cette liberté ne permet pas non plus de porter atteinte à la réputation de son employeur : « L’employé étant un enseignant, il est un représentant du cégep pour lequel il travaille et il doit adopter une conduite exemplaire, étant donné qu’il est là pour former la prochaine génération. Il y a une attente qu’il se comporte en personne raisonnable dans toutes les sphères de sa vie. »

Il faut s’attendre à ce qu’un employeur ne veuille pas être associé à des propos de nature discriminatoire, comme ça va à l’encontre de la Charte québécoise des droits et libertés.

Marianne Plamondon, avocate

Elle précise que peu importe le domaine de son employeur, il n'est pas souhaitable qu'une personne tienne des propos discriminatoires dans la sphère publique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi