•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une vie zéro déchet avec des enfants, c’est possible

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Une vie zéro déchet avec des enfants, c’est possible

Audio fil du mardi 26 décembre 2017

Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

Que l'on vive en banlieue comme Sébastien Duperron ou en ville comme Laure Caillot, l'adoption d'un mode de vie zéro déchet est possible, expliquent-ils, même avec des enfants.

Pour Noël, Sébastien Duperron a préféré offrir des sorties à ses enfants plutôt que des jouets. Son fils est allé voir un match de hockey, et sa fille ira s'émerveiller devant un spectacle du Cirque du Soleil.

Laure Caillot préfère se tourner vers le marché des objets de seconde main et prône la discussion avec ses enfants en ce qui concerne le nombre de cadeaux qu'ils désirent.

Les deux parents mentionnent, entre autres, la conscientisation par rapport aux problèmes environnementaux qui anime leur désir de mener une vie zéro déchet. « À la base, c’est juste évident de consommer de cette manière », ajoute Laure Caillot.

Sébastien Duperron affirme que vivre un mode de vie zéro déchet en banlieue est un peu plus difficile qu’en ville en raison du manque d’accès aux commerces spécialisés. « C’est sûr que j’ai moins de choix que quelqu’un qui vit sur le Plateau. »

Étape par étape

Le changement de mode de vie ne s’est pas fait du jour au lendemain pour M. Duperron et Mme Caillot. Des changements ont été apportés dans leur façon de consommer sur plusieurs fronts : les vêtements, les cadeaux, l’épicerie, etc.

Quand j’ai besoin d’acheter un bien, je vise quelque chose de durable.

Laure Caillot

Laure Caillot devra bientôt remplacer une casserole, et elle fait déjà ses recherches pour en trouver une « qui durera une vingtaine d’années ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi