•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des chercheurs proposent un code de la rue

Le 15-18

Avec Isabelle Richer

En semaine de 15 h à 18 h

Des chercheurs proposent un code de la rue

Audio fil du vendredi 13 octobre 2017
Passage piéton sur l'avenue Murdoch, à Rouyn-Noranda

Passage piéton sur l'avenue Murdoch, à Rouyn-Noranda

Photo : Radio-Canada / Angie Landry

Le Québec a besoin d'un code de la rue pour protéger les usagers de la route qui sont vulnérables, estiment des chercheurs de Polytechnique Montréal. Pour la titulaire de la Chaire de recherche Mobilité de Polytechnique Catherine Morency, il faut absolument remettre l'individu au cœur du réseau routier.

« Les usagers de la route, ce sont tous des individus, et on essaie de trouver la meilleure façon de gérer les interactions entre eux », explique-t-elle.

Dans leur rapport commandé par le ministère des Transports du Québec, les chercheurs proposent notamment d’établir une hiérarchie basée sur la vulnérabilité. Plus un usager est vulnérable, plus il doit être protégé par les autres usagers moins vulnérables.

Mais selon Catherine Morency, les mesures ne doivent pas nécessairement se faire au détriment des automobilistes : « On a observé que dans certains endroits, permettre la circulation libre à une intersection [c’est-à-dire éliminer les feux de circulation], mais avec des vitesses réduites pour une meilleure fluidité, ça améliorait les conditions pour tout le monde. »

Dans l’aménagement de nos rues, il faut attribuer un espace à tous les usagers, peu importe leur mode de transport.

Catherine Morency, titulaire de la Chaire Mobilité de Polytechnique

La chercheuse précise cependant que les mesures proposées dans le rapport ne s'appliquent pas nécessairement à l'ensemble du réseau routier québécois. Tout doit être évalué au cas par cas.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi