•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La quarantaine à l’hôtel, une bonne façon de dissuader les voyageurs, selon un spécialiste

Le 15-18

Avec Jacques Beauchamp

En semaine de 15 h à 18 h

La quarantaine à l’hôtel, une bonne façon de dissuader les voyageurs, selon un spécialiste

Des voyageurs s'enregistrent à un kiosque.

Des voyageurs à l'aéroport Pearson de Toronto

Photo : La Presse canadienne / Michelle Siu

Alors que le gouvernement fédéral envisage l'idée d'imposer une quarantaine à l'hôtel à tous les voyageurs revenant au pays, le conseiller spécialisé en mesures d'urgence et en gestion de crise Daniel Dancause estime que cette mesure serait une bonne façon de dissuader les gens de voyager pendant la semaine de relâche. Il pense également qu'elle ne serait pas trop compliquée à mettre en œuvre.

Pour imposer ce genre de règle aux voyageurs, il faut des chambres d’hôtel libres près des aéroports, ce qui est le cas un peu partout au Canada.

Il faut aussi du personnel pour surveiller les gens en quarantaine et noter l’apparition de symptômes, ce qui peut être fait par des infirmières, des membres de la Croix-Rouge ou des ambulanciers, selon Daniel Dancause.

Le conseiller croit que demander aux voyageurs d’assumer les frais de leur séjour obligatoire à l’hôtel aurait un effet dissuasif, ce qui peut être particulièrement crucial pendant la semaine de relâche. Je pense que c’est là-dessus que le gouvernement devrait jouer, plutôt que sur la Loi sur les mesures d’urgence, affirme-t-il.

Daniel Dancause ajoute que le gouvernement fédéral peut aussi organiser les séjours à l’hôtel en fonction des places disponibles en demandant aux gens de s’inscrire à l’avance, ce qui empêcherait les voyageurs, particulièrement ceux qui passent l’hiver en Floride, de revenir au pays tous en même temps.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi