•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les ancêtres des Inuit savaient tisser bien avant l’arrivée des Vikings

Le 15-18

Avec Jacques Beauchamp et Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Les ancêtres des Inuit savaient tisser bien avant l’arrivée des Vikings

Gros plan sur une corde tressée.

Un artéfact de l’époque des Dorsétiens analysé par l’équipe de Michèle Hayeur Smith.

Photo : Michèle Hayeur Smith/Université Brown

Les Dorsétiens maîtrisaient les techniques de filage du textile avant leur rencontre avec les Vikings, contrairement à l'idée reçue. Une anthropologue canadienne est arrivée à cette conclusion en analysant de plus près des morceaux de laine filée trouvés dans le Grand Nord canadien et d'autres objets d'origine scandinave. « Les Inuit utilisaient énormément l'huile de mammifères marins. C'est imprégné dans tous leurs matériaux », mentionne Michèle Hayeur Smith, chercheuse associée à l'Université Brown, au Rhode Island. Il se trouve que cette huile a mené à des erreurs de datation, selon la spécialiste des textiles scandinaves.

L’huile vient en quelque sorte contaminer les artefacts. Les analyses de datation au carbone 14 marin ont tendance à donner un résultat plus âgé qu’avec un objet trouvé sur terre, explique la chercheuse.

Michèle Hayeur Smith a fait appel à une collègue scandinave qui a développé une technique pour retirer l’huile de lanières retrouvées entre autres sur l’île de Baffin, où sont arrivés les Dorsétiens il y a environ 4500 ans. Ce nettoyage avant de procéder à la datation des artefacts nous a donné des dates plus justes.

Un bœuf musqué dans la neige

La laine des artefacts analysés provenait notamment du bœuf musqué.

Photo : iStock

Cette correction remet en doute la thèse du transfert des connaissances entre les ancêtres des Inuit et les Vikings et même la rencontre entre les deux peuples.

On ne sait pas encore à quoi pouvaient bien servir ces lanières, mais cette découverte ouvre de nouveaux horizons, conclut Michèle Hayeur Smith.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi