•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Voyager dans le Sud est-il vraiment risqué?

Le 15-18

Avec Jacques Beauchamp

En semaine de 15 h à 18 h

Voyager dans le Sud est-il vraiment risqué?

Des voyageurs avec leurs valises à l'aéroport Trudeau.

Aéroports de Montréal attend en moyenne 8000 passagers par jour pendant les Fêtes. Ils avaient été 56 000 par jour en 2019 pendant cette période.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Alors que les médias diffusent des images de voyageurs qui s'apprêtent à passer le temps des Fêtes dans le Sud, le professeur de santé publique Benoît Mâsse ne s'inquiète pas outre mesure de ces départs à l'étranger, tant que les vacanciers respectent les consignes sanitaires.

Benoît Mâsse rappelle que peu importe où l’on se trouve sur la planète, l’important est de porter un masque, de se laver les mains souvent et de garder une distance de deux mètres avec les autres. S’ils suivent les consignes sanitaires, les gens ne sont pas plus à risque que s’ils restent au Québec, estime-t-il.

Le problème, c’est que voyage dans le Sud rime souvent avec faire la fête, et les vacanciers peuvent avoir tendance à baisser la garde. « Il y a une crainte qu’une fois qu’on est sorti du Québec, les gens ne respectent pas les consignes sanitaires », affirme Benoît Mâsse, d’autant plus que certains pays ont des règles sanitaires beaucoup moins sévères que celles que l'on connaît au Québec.

Malgré tout, les voyageurs représentent une minorité et n’ont donc qu’une petite influence sur l’évolution de la pandémie, selon le spécialiste de la santé publique. Ce qui va vraiment faire la différence, c’est plutôt ce qui va se passer ici, croit-il. Il souligne que dans 98 % des cas au Québec, le virus se transmet au sein même de la population et non par les voyageurs.

Un pensez-y-bien

Benoît Mâsse tient à rappeler aux voyageurs que, s’ils tombent malades, rien ne garantit qu’ils recevront les soins optimaux dans le pays où ils se trouvent, même s’ils ont des assurances. Les assurances vont payer les frais, mais cela ne garantit pas que vous allez avoir de bons soins, prévient-il.

Et si un nouveau variant du coronavirus est détecté dans un pays, comme cela est arrivé au Royaume-Uni, il se pourrait que tous les vols de retour soient annulés, obligeant les voyageurs à devoir prolonger leur séjour, souvent à grands frais. Vous pourriez être pris dans votre destination pendant plusieurs semaines et vous n’aurez pas beaucoup de soutien de la part des gouvernements, souligne-t-il. Ça pourrait vous coûter très cher.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi