•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Travailleurs et commerçants sans revenus, voici les options qui s’offrent à vous

Le 15-18

Avec Jacques Beauchamp

En semaine de 15 h à 18 h

Travailleurs et commerçants sans revenus, voici les options qui s’offrent à vous

Une pancarte sur laquelle est écrit fermé accrochée à la vitre d'un restaurant.

Après les annonces du gouvernement pour le temps des Fêtes, les restaurants demeureront fermés jusqu'au 11 janvier 2021.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Avec le nouveau confinement annoncé par le gouvernement Legault, plusieurs se retrouveront sans emploi pour les prochains jours. Que vous soyez salarié, travailleur autonome ou propriétaire d'un commerce, voici l'aide financière à laquelle vous avez droit, selon la conseillère en droits sociaux Marie-Ève Patry et le président de l'Association des sociétés de développement commercial de Montréal, Billy Walsh.

Salariés

Les employés qui perdent leur emploi à la suite de la fermeture des commerces peuvent faire une demande à l’assurance-emploi. Elles recevront un minimum de 500 $ par semaine, pour un maximum de 26 semaines. Il faut toutefois savoir que le délai de carence est d’une semaine. Cela signifie que les prestataires ne recevront pas de prestations pour les sept premiers jours où ils n'ont pas travaillé.

Pour être admissible à l’assurance-emploi, il faut avoir travaillé un minimum de 120 heures et avoir un arrêt de travail. Ça va donc être important, pour les employeurs, de donner le relevé d’emploi, précise Marie-Ève Patry.

Elle ajoute que les prestataires doivent absolument montrer qu’ils sont capables de retourner travailler : Même si on sait que c’est un emploi qu’on va reprendre, c’est important de démontrer qu’on est disponible au travail. Je conseille aux gens de démontrer qu’ils sont aptes à travailler à temps plein, même s’ils sont en congé forcé, pour avoir le droit à l’assurance-emploi.

Travailleurs autonomes

Les travailleurs autonomes, quant à eux, ont droit à la Prestation canadienne de la relance économique (PCRE).

Tout comme avec l’assurance-emploi, les prestataires de la PCRE peuvent recevoir 500 $ par semaine.

Commerçants

Il y a un florilège d’aide en place depuis le début de la pandémie, affirme le président de l’Association des sociétés de développement commercial de Montréal, Billy Walsh.

Le programme le plus intéressant pour les commerçants, à son avis, est l’aide offerte par le gouvernement provincial aux entreprises en zone rouge qui ont été obligées de fermer. Celles-ci ont droit à un prêt de 50 000 $ qui peut être pardonné à 80 %.

Les entrepreneurs peuvent aussi aller chercher la Subvention d’urgence du Canada pour le loyer, qui couvre le loyer et une portion des frais fixes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi