•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’homme des cavernes était aussi une femme

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

L’homme des cavernes était aussi une femme

Reconstitution d'une scène de vie de Néandertal dans une caverne. On voit des femmes et des enfants assises autour d'un feu.

Reconstitution d'une scène de vie des Néandertal au musée de l'homme de Néandertal de Krapina, en Croatie.

Photo : Reuters / Nikola Solic

Quand on pense à la préhistoire, on imagine souvent le chasseur bravant les dangers et faisant preuve d'ingéniosité pour fabriquer des outils de toutes sortes. Mais il n'y avait pas que des hommes à cette époque : les femmes jouaient elles aussi un rôle important dans la société préhistorique. On en parle pourtant très peu, ce que dénonce la préhistorienne Marylène Patou-Mathis dans son livre L'homme préhistorique est aussi une femme.

Je me suis aperçue, au cours de mes recherches, qu’on parlait toujours de l’homme préhistorique, raconte la préhistorienne. Et ce n’est pas qu’une question de termes : très souvent, on ne parle que des activités masculines, comme la chasse.

Marylène Patou-Mathis a voulu savoir pourquoi on s’était si peu intéressé à la femme préhistorique. Elle s’est donc mise à étudier l’histoire de la préhistoire et a découvert que cette discipline relativement jeune – on n'a commencé à étudier la préhistoire qu'au 19e siècle – a longtemps été exercée exclusivement par des hommes qui vivaient dans une société patriarcale. Ce qui va se passer dès le départ, c’est qu’ils vont appliquer leur système social sur les humains préhistoriques, explique Marylène Patou-Mathis.

La vision d’une société préhistorique dominée par les hommes s’est donc répandue dans la culture populaire. Les romans préhistoriques que l’on voyait apparaître au 19e siècle, par exemple, ne dépeignaient que des héros masculins affrontant tous les dangers, alors que les femmes ne représentaient que des personnages secondaires en arrière-plan.

Marylène Patou-Mathis ajoute que cette vision a été renforcée par l’étude des dernières populations de chasseurs-cueilleurs qui vivaient sur la planète. Les ethnologues ont supposé que le mode de vie de l’humain préhistorique était le même que celui des chasseurs-cueilleurs du 20e siècle, ce qui est une grave erreur, selon la préhistorienne : C’est comme si on pensait que ces populations n’avaient pas évolué, n’avaient pas changé leur structure sociale pendant 10 000 ans. Elle rappelle que ces personnes, malgré leur isolement, ont connu de nombreuses migrations et certains contacts avec les sociétés occidentales, ce qui a nécessairement eu une influence sur leur mode de vie.

Marylène Patou-Mathis croit qu’il est possible de trouver des preuves de l’implication des femmes dans les sociétés préhistoriques, mais à la condition de faire preuve d’ouverture d’esprit. On ne trouve que ce que l’on croit possible, dit-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi