•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

75 ans après le procès de Nuremberg, la justice internationale demeure imparfaite, selon un spécialiste

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

75 ans après le procès de Nuremberg, la justice internationale demeure imparfaite, selon un spécialiste

Un haut bâtiment de verre et de métal avec la représentation d'une balance sur une paroi de verre.

La Cour pénale internationale à La Haye aux Pays-Bas.

Photo : The Associated Press / Peter Dejong

Il y a 75 ans, le procès de Nuremberg, qui a permis de juger les hauts responsables nazis, posait les premiers jalons du droit international. Mais, malgré tout le temps qui s'est écoulé depuis, de nombreux crimes demeurent impunis dans le monde, comme l'explique le spécialiste du droit international Bruce Broomhall.

Déjà, en 1942, les Alliés songeaient à la justice d’après-guerre. Le premier ministre britannique, Winston Churchill, aurait bien voulu fusiller les dirigeants allemands, mais c’est finalement l’option du procès qui a été choisie par son camp. À l’époque, c’était absolument novateur de dire que la souveraineté des États ne protégeait pas les dirigeants contre la responsabilité pénale de ce qu’ils ont fait ou ordonné, affirme Bruce Broomhall.

Cette révolution en matière de justice a toutefois laissé un legs contradictoire, selon le spécialiste : Le procès de Nuremberg, c’était un procès qui ne visait que les nazis. C’était un procès partiel et partial.

En effet, seuls les crimes commis par les nazis ont été jugés à ce moment-là, laissant dans l’ombre ceux perpétrés par les Alliés.

Trois quarts de siècle plus tard, la Cour pénale internationale est toujours aux prises avec l'éternel conflit opposant la politique à la justice. Des tensions dont Bruce Broomhall ne voit pas la fin.

Pour cette raison, le spécialiste ne croit pas que l’instauration d’un système de justice international a permis de mieux protéger les droits de la personne : Est-ce que ça crée un véritable effet de dissuasion? Je n’en suis pas sûr. Je pense qu’on n’est pas encore rendu là.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi