•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Faut-il sauver Noël à tout prix?

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Faut-il sauver Noël à tout prix?

Une famille et des amis réunis autour d'une dinde du temps des Fêtes.

Un souper de Noël en famille

Photo : iStock / Rawpixel Ltd

Est-ce un caprice de vouloir fêter Noël en pleine pandémie? C'est ce que semblent penser certains, mais ce n'est pas du tout l'avis de la psychologue et essayiste Rachida Azdouz.

Elle rappelle que, même dans notre société laïque, la fête de Noël revêt une grande importance culturelle. Cette importance tient beaucoup à la période de l’année où a lieu la fête, une saison sombre et morose. À Pâques, à l’inverse, l’été est à nos portes, et le besoin de se réunir n’est pas le même.

Rachida Azdouz souligne aussi que Noël est une fête intimement liée à l’enfance et à la famille. Contrairement aux autres fêtes, Noël, c’est la seule fois où c’est la famille élargie, dit-elle. Il s’agit d’une fête d’abondance qui ne trouve son sens que dans le partage.

À l’inverse d’autres rituels qu’il est possible de reporter, Rachida Azdouz estime que si on empêche les gens de se voir à Noël, la fête sera tout simplement annulée jusqu’à l’année prochaine.

Mais ce n’est pas tout le monde qui peut se permettre d’attendre toute une année pour célébrer en famille. Il faut penser à ceux qui n’ont pas de temps à perdre, rappelle la psychologue. Il y a des gens pour qui c’est le dernier Noël.

C’est ce qui fait dire à Rachida Azdouz que fêter Noël, c’est beaucoup plus que de la frivolité ou un caprice. C’est un besoin important de se retrouver avec un clan, surtout dans une période aussi difficile. Il est tout à fait naturel, après quelques mois, d’avoir besoin de renouer avec la vie, avec le principe de plaisir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi