•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Atteinte d’alzheimer, une ex-ballerine retrouve la mémoire grâce à la musique

Une femme âgée assise dans un fauteuil roulant, les bras étendus dans les airs avec grâce.

L'association espagnole Música para Despertar a fait écouter une pièce du Lac des cygnes à la ballerine Marta C. González pour l'aider à retrouver la mémoire.

Photo : Música para Despertar

Une vidéo tournée en Espagne, il y a un an, a fait surface récemment et émeut un nombre grandissant d'internautes. On y voit une ancienne ballerine étoile, qui est aujourd'hui décédée. La dame, recroquevillée dans son fauteuil, se déploie et se met à bouger les bras avec grâce au son de la musique du ballet Le lac des cygnes. Ce n'est pas la première fois que les scientifiques observent ce genre de miracle chez des patients atteints de la maladie d'Alzheimer, selon la gériatre Annik Dupras, de l'Hôpital Pierre-Le Gardeur.

Annik Dupras explique que le cerveau est semblable au disque dur d’un ordinateur : les événements que l’on vit s’y gravent et plus ces événements se répètent, plus ils se gravent profondément.

Il y a des mémoires qui sont vraiment implicites, c’est-à-dire qu’on ne parle pas juste de souvenirs, comme une fête ou un voyage, on parle vraiment de souvenirs émotionnels, de mouvements corporels, de souvenirs perceptifs associés à des sens, comme le goût, le toucher et l’odorat, souligne la gériatre.

Ces souvenirs forment ce que l’on appelle la mémoire primitive et ils sont particulièrement résistants à la maladie d’Alzheimer. C’est ce qui explique qu’une personne malade qui ne reconnaît pas ses enfants sourit tout de même à la vue d’un bébé, car elle n’a pas oublié les émotions associées à cette image.

Dans le cas de la ballerine, c’est la musique qui a permis de raviver ses souvenirs de la chorégraphie.

Selon la gériatre Annik Dupras, le genre d’exercice qui a été tenté auprès de la ballerine a de nombreux effets bénéfiques reconnus, notamment sur le plan du bien-être psychologique. Il permet de diminuer l’apathie, les symptômes dépressifs, l’irritabilité et l’agressivité.

Il peut même remplacer la médication : On sait très bien que nos personnes âgées, dans les centres d’hébergement, sont surmédicamentées, parce qu'elles vivent des moments de détresse et qu'on n’a pas investi dans la musicothérapie, la zoothérapie et la réminiscence. Tout est dans la personnalisation du soin, où on va aller chercher quelque chose de particulier au passé de la personne.

Comment prévenir la maladie?

Faut-il donc apprendre à danser pour se protéger contre la maladie d’Alzheimer? Pas nécessairement, mais il est toujours bon d’élargir ses horizons, comme l’explique Annik Dupras : Ce qui a été démontré, c’est que d’augmenter nos connaissances à tous points de vue, ça nous donne une meilleure réserve advenant qu’on ait une génétique ou des facteurs médicaux qui nous mettraient à risque de la maladie d’Alzheimer. Ça retarde l’apparition des symptômes, parce qu’on augmente les connexions dans notre cerveau. Plus on a de connexions, plus ça va prendre du temps avant que la maladie paraisse quand les connexions s’effritent.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi