•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

« Éviter des mots, pour moi, c’est la pire chose » – Philippe Fehmiu

Portrait sur le plateau de l'émission Les échangistes.

Philippe Fehmiu

Photo : Radio-Canada / Amélie Grenier

La controverse entourant l'utilisation du « mot en n » a fait craindre à l'animateur Philippe Fehmiu de perdre une partie de son identité. Né d'un père béninois et d'une mère québécoise, il a toujours aimé célébrer sa négritude. « Il y a des moments où je suis vraiment content d'aller me réfugier dans mon identité afrodescendante parce que j'ai un rapport trouble avec mon identité québécoise, dit-il. Je n'ai jamais vraiment senti que je faisais partie du Québec à part entière. » Philippe Fehmiu raconte toutes sortes de microagressions, et même d'agressions, qui l'ont éloigné de ses racines québécoises.

L'animateur n'en trouve pas pour autant le « mot en n » offensant au point de ne plus jamais le prononcer : « Le pouvoir des mots, c'est quelque chose qui est vital pour moi. Ma mère disait: "Dans la vie, on peut tout dire, mais c'est le ton qui fait la chanson." C'est la raison pour laquelle je n'ai peur d'aucun mot. »

Éviter des mots, pour moi, c'est la pire chose parce que, si on évite des mots, on se prive d'entrer dans une portion de l'Histoire.

Philippe Fehmiu, animateur

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi