•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

COVID-19 : quelques règles à suivre pour une Halloween sécuritaire

Un enfant déguisé en squelette.

Les Québécois ont fêté l'Halloween sous la pluie, l'an dernier.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Il y a encore l'espoir de pouvoir célébrer l'Halloween cette année, malgré la pandémie de COVID-19, mais il ne faut pas tenir cette éventualité pour acquise, selon la microbiologiste-infectiologue Cécile Tremblay. Cette dernière donne quelques conseils pour que l'Halloween se passe de façon sécuritaire, si la célébration est permise par les autorités.

La fête de l’Halloween a l’avantage de se dérouler à l’extérieur, souvent en petit groupe familial, ce qui diminue les risques de propagation du virus.

Cécile Tremblay insiste sur la nécessité d’éviter tout rapprochement à moins de deux mètres des autres personnes. Donc, ça implique de trouver des façons originales pour donner des bonbons, souligne-t-elle.

Le masque, quant à lui, peut facilement être intégré au déguisement, ce qui est un autre avantage de cette fête.

Malgré tout, il n’est pas certain que tous les petits Québécois et Québécoises pourront participer à la cueillette de bonbons cette année. Tout va dépendre, à mon avis, de la situation dans laquelle on va être à ce moment-là, affirme Cécile-Tremblay. Il faut que la transmission communautaire soit contrôlée.

Si la transmission communautaire demeure importante à la fin du mois, il y a fort à parier que les festivités d’Halloween seront annulées. La microbiologiste-infectiologue recommande donc aux parents de prévoir une fête restreinte au cercle familial, en cachant des bonbons dans la maison, par exemple.

Cécile Tremblay ajoute que toute fête d’Halloween au-delà de la famille est à éviter, peu importent les circonstances.

Et Noël?

La fête de Noël pose beaucoup plus de risques que l’Halloween, selon Cécile Tremblay.

La microbiologiste-infectiologue recommande à la population de ne pas prévoir de grandes réceptions cette année, car les festivités ont de fortes chances d’être limitées à la famille immédiate.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi