•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Avec Alain Gravel

En semaine de 15 h à 18 h

Vente de MEC : est-ce la fin du modèle coopératif?

Façade d'un magasin MEC.

Façade d'un magasin MEC.

Photo : Radio-Canada / MIKE MCARTHUR

Mountain Equipment Co-op (MEC), fondée en 1971 à Vancouver par six amateurs de plein air, ne sera plus une coopérative. La quasi-totalité de ses actifs a été achetée par une compagnie privée américaine. Est-ce là un signe que le modèle coopératif est voué à l'échec? Pas du tout, selon la spécialiste de la gouvernance des entreprises coopératives Myriam Michaud.

Je n’ai pas l’impression que c’est un indice du déclin du modèle coopératif, affirme la spécialiste. Au contraire, je sens que c’est davantage une faillite commerciale, donc un problème du côté entreprise plutôt que du côté coopératif. Ils n’ont pas réussi à transformer l’avantage coopératif en avantage commercial.

Selon Myriam Michaud, c’est un danger qui guette bien des coopératives qui prennent de l’expansion et diversifient leurs activités, mais qui ne parviennent pas à maintenir un lien de proximité avec leurs membres.

Les quelque 4,5 millions de membres de MEC sont d’ailleurs furieux de ne pas avoir été consultés en amont des négociations. Myriam Michaud estime qu’ils ont peu de chances de revoir les 5 $ qu’ils ont investis dans la coopérative pour en devenir membres : Je vois difficilement comment les membres pourraient être remboursés, parce que la part de qualification, c’est le capital de risque, c’est la participation à la propriété de la part des membres. Dans une faillite, les derniers à être remboursés, ce sont les propriétaires.

La spécialiste précise que la loi québécoise qui régit les coopératives empêche la division de la réserve d’une coopérative, qui est formée d’une partie des avoirs des membres, mais que la loi fédérale, de laquelle relève MEC, est plus permissive.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi