•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La pomme McIntosh en baisse de popularité

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

La pomme McIntosh en baisse de popularité

Des pommes McIntosh dans un arbre.

La pomme McIntosh perd en popularité depuis quelques années.

Photo : getty images/istockphoto / tpuerzer

La saison des pommes vient de débuter, mais il ne faut pas s'étonner de voir de moins en moins de McIntosh dans les vergers québécois. Cette variété qui était pourtant très populaire, d'ailleurs parfois qualifiée de « pomme nationale du Canada », perd sa popularité tant chez les consommateurs que chez les pomiculteurs. Selon la présidente des Producteurs de pommes du Québec et propriétaire du verger Au cœur de la pomme, Stéphanie Levasseur, cela s'explique par les goûts des consommateurs qui changent et par la fragilité de la McIntosh.

La pomme McIntosh est cultivée au Québec depuis de nombreuses années. Toutefois, Stéphanie Levasseur estime qu’elle est en « perte de vitesse » depuis deux ou trois décennies, surtout depuis les dernières années.

Je pense qu’il y a deux raisons principales à ça. Les tendances de goût changent chez le consommateur, qui cherche des fruits plus croquants, plus sucrés, et le fait aussi que, pour le producteur, la McIntosh est un fruit très fragile, difficile à entreposer. À l’emballage, quand on fait le classement des fruits pour les emballer, on a beaucoup de fruits qui sont détournés vers la transformation, explique-t-elle.

Les variétés de pommes en abondance

Stéphanie Levasseur croit aussi que, depuis quelques années, les pomiculteurs ont réussi à cultiver davantage de variétés de pommes qui sont plus profitables pour leur entreprise, ce qui les incite à délaisser de plus en plus la culture de la pomme McIntosh.

Il y a eu une époque où on avait pas mal moins de diversité. Sous notre climat, ça a pris un peu plus de temps avant de développer des variétés adaptées à nos hivers.

Stéphanie Levasseur, présidente des Producteurs de pommes du Québec et propriétaire du verger Au cœur de la pomme

Maintenant, elle estime que certains pomiculteurs possèdent près de 15 variétés de pommes, au grand bonheur des consommateurs, qui se présentent déjà en grand nombre dans les vergers pour l’autocueillette.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi