•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Avec Karyne Lefebvre

En semaine de 15 h à 18 h

Pourrait-on se passer d’animaux dans la recherche scientifique?

Un homme vêtu d'un équipement complet de laboratoire manipule le dispositif contraignant un singe.

Un singe de laboratoire

Photo : Radio-Canada / Christian Côté

Les animaux sont, encore aujourd'hui, des éléments essentiels de la recherche scientifique, particulièrement dans le domaine biomédical. La preuve : une pénurie de singes point à l'horizon en raison des multiples tests qui sont menés pour trouver un vaccin contre la COVID-19. Pierre Verreault, directeur général du Conseil canadien de protection des animaux, l'organisme qui encadre l'utilisation des animaux dans le domaine scientifique au pays, croit qu'il serait difficile de se passer des animaux de laboratoire. Il précise toutefois que l'éthique entourant leur utilisation a beaucoup évolué au fil du temps.

Un organisme vivant, c’est un organisme complexe, et c’est très difficile à remplacer, explique Pierre Verreault.

Il mentionne que les animaux ne sont pas seulement utilisés pour tester des vaccins, mais qu’ils sont aussi de précieux outils pour la recherche et l’enseignement.

De nos jours, selon Pierre Verreault, on tente le plus possible de réduire l’utilisation d’animaux dans la recherche scientifique. Avant de procéder au cadre éthique de l’utilisation des animaux, on fait toujours un mérite scientifique : il faut que la question scientifique à laquelle on tente de répondre et qui demande d’utiliser un animal ait un mérite, explique-t-il.

Il précise que, lorsque l’équipe de recherche bénéficie d’une subvention gouvernementale, un certificat du Conseil canadien de protection des animaux est généralement exigé. Mais, quelqu’un qui finance entièrement sa recherche, il a le choix, ajoute-t-il. Beaucoup [vont y aller selon le mérite scientifique], mais il n’y a pas nécessairement d’obligation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi