•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Les manœuvres de la Chine pour s’établir dans le Grand Nord canadien

Des morceaux de glace flottent sur l'eau au soleil couchant.

L'Arctique constitue un endroit stratégique pour la Chine.

Photo : La Presse canadienne / David Goldman

Une entreprise détenue par le gouvernement chinois tente d'acquérir une société ontarienne qui possède, entre autres, une importante mine d'or au Nunavut. Au-delà des intérêts économiques, une telle transaction donnerait un grand avantage stratégique à la Chine, selon le spécialiste des pôles Mikaa Mered.

L’intérêt de la Chine pour l’Arctique ne date pas d’hier. On a vu les premiers signes de l’engagement chinois pour l’Arctique dans les années 1920, précise Mikaa Mered.

Pour la Chine, l’Arctique est une région qui a un grand intérêt stratégique à long terme puisque c’est la région du monde qui connecte les trois grands pôles économiques que sont l’Europe, l’Amérique du Nord et l’Asie du Nord-Est.

Mikaa Mered, professeur de géopolitique des pôles à l’Institut libre d’étude des relations internationales de Paris

Il n’est donc pas étonnant que le gouvernement chinois tente de mettre la main sur une mine d’or au Nunavut. Mikaa Mered estime toutefois que la transaction a très peu de chances d’être autorisée par le gouvernement canadien.

La mine représente un territoire du plus de 1100 kilomètres carrés et elle est dotée d’un aérodrome et d’une jetée qui pourrait facilement être transformée en port. Elle constitue donc un site stratégique par excellence.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi