•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Programmes de récompenses : le jeu en vaut-il la chandelle?

Des cartes de fidélité, comme celles d'Air Miles, d'Optimum, d'Aeroplan et du Choix du Président, tenues par une personne.

Des cartes de fidélité

Photo : CBC

Air Miles, Esso Extra, Inspire, Petro-Points : les programmes de récompenses offrent-ils vraiment des cadeaux aux consommateurs ou sont-ils plutôt à l'avantage des commerçants? Le journaliste Rémi Leroux, coordonnateur des enquêtes au magazine Protégez-vous, a comparé une douzaine de programmes de fidélisation pour voir lesquels offrent les meilleurs avantages et lesquels sont les plus transparents quant aux données qu'ils récoltent.

L’idée, c’était de savoir si, dans un premier temps, les programmes sont transparents et sécuritaires, et si, dans un deuxième temps, les récompenses en valent la peine, résume Rémi Leroux.

Sur le plan des données personnelles récoltées par la plupart de ces programmes, le journaliste dresse un constat accablant : L’enjeu principal, c’est le manque de transparence. On ne sait pas précisément la nature des informations qui sont collectées, on ne sait pas pour quel usage elles sont collectées et on ne sait pas avec qui elles sont partagées.

Il cite l’exemple de la carte Air Miles, dont la politique de confidentialité fait 12 pages et est rédigée dans un langage trop complexe pour le commun des mortels.

Quant aux avantages que confèrent les programmes de récompenses, ils sont généralement minimes comparativement à l’information et aux revenus que ces programmes procurent aux commerçants.

On a l’impression que les commerçants nous récompensent, mais c’est l’inverse.

Rémi Leroux, journaliste et coordonnateur des enquêtes au magazine Protégez-vous

Par exemple, pour obtenir une récompense de 100 $ avec la carte Esso Extra, il faut acheter pour plus de 17 000 $ en essence.

Au terme de l’enquête que Rémi Leroux a menée, c’est le programmme Inspire de la Société des alcools du Québec (SAQ) qui s’est révélé le meilleur pour les consommateurs, surtout à cause de la transparence dont il fait preuve et de la collecte de données qui se fait de façon plus respectueuse comparativement aux autres programmes, mais aussi parce qu’il offre de bonnes récompenses.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi