•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

L’hydroxychloroquine permet de prévenir les accidents à trottinette… selon une fausse étude

Un chercheur place des pilules d'hydroxychloroquine dans un contenant.

De l'hydroxychloroquine

Photo : Reuters / George Frey

Une étude publiée dans une revue scientifique affirme que la consommation d'hydroxychloroquine est associée à un moins grand risque d'avoir un accident à trottinette. Cette conclusion peut vous sembler farfelue, et elle l'est. Les personnes derrière cette étude en ont totalement inventé le contenu afin de prouver que la revue qui a accepté de la publier n'a rien de sérieux. Selon la journaliste scientifique Marine Corniou, les revues dites « scientifiques » qui acceptent de publier n'importe quoi sont nombreuses, et elles menacent l'intégrité de la science.

Même si les noms des auteurs de l’étude étaient visiblement inventés, même si la recherche citait des sources comme le magazine Picsou, elle a réussi à être publiée dans le Asian journal of Medicine and Health. Cette publication est considérée comme une revue prédatrice, c’est-à-dire qu’elle accepte de diffuser les résultats de n’importe quelle recherche, même si elle n’a pas été révisée par des pairs.

Les auteurs ont voulu démontrer qu’il s’agissait d’une revue prédatrice parce que des médecins français avaient publié un texte de très mauvaise qualité sur l’hydroxychloroquine dans cette revue en se targuant d’avoir réussi à publier leur étude dans une revue sérieuse, explique Marine Corniou.

La journaliste précise qu’il existe environ 11 000 revues de ce genre. Il faut donc faire preuve de prudence lorsque des conclusions surprenantes sont publiées dans une revue dite scientifique. En fait, il faudrait ne jamais relayer une seule étude, croit Marine Corniou. Pour que des conclusions soient réellement probantes, elles doivent être confirmées par d’autres recherches menées sur un grand nombre de participants.

Malgré tout, Marine Corniou précise que les publications frauduleuses représentent une minorité, et que la plupart des études qui sont publiées dans des revues scientifiques ont été menées dans les règles de l'art et révisées par des pairs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi