•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Mieux comprendre les théories du complot

Un homme pose ses mains sur le clavier d'un ordinateur portable dans l'obscurité.

De nombreuses théories du complot en lien avec la pandémie de COVID-19 circulent sur Internet.

Photo : iStock

Deux récents sondages révèlent que les théories du complot trouvent beaucoup d'adeptes dans la population québécoise et canadienne. Cela n'a rien d'étonnant, selon la directrice de l'éducation au Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence, Roxane Martel-Perron : « On avait remarqué, tant dans les médias que dans nos accompagnements au Centre, une [prolifération] des théories du complot. » Elle explique comment le complotisme a réussi à se frayer un chemin dans l'esprit de plusieurs et comment agir avec les personnes qui affichent de telles convictions.

Roxane Martel-Perron précise qu’il n’existe pas un profil type du complotiste, mais plutôt une multitude de facteurs qui peuvent rendre une personne plus encline à adhérer à des théories conspirationnistes : l’isolement, une perte d’emploi, un faible niveau d’éducation, l’anxiété, une faible littératie numérique, etc.

Évidemment, la pandémie constitue un terreau propice aux théories du complot, comme l’explique Roxane Martel-Perron : On est dans une situation complexe et les gens cherchent des réponses. Et, justement, les théories du complot, ça donne des réponses toutes simples, voire simplistes, à des choses très complexes.

Prévenir la radicalisation

C’est bien d’être critique et de se questionner, mais là où on tombe dans un autre niveau, c’est quand on est dans la confrontation, et c’est ça qui nous préoccupe au Centre, indique Roxane Martel-Perron. [On s’intéresse] aux moyens d’action que les gens qui adhèrent à des théories du complot vont mobiliser.

Elle cite les récentes manifestations contre le port du masque, l’agression contre une journaliste et la divulgation de l’adresse du Dr Horacio Arruda comme des exemples de gestes radicaux liés aux théories du complot sur la pandémie de COVID-19.

Comment agir lorsque l’on est face à une personne qui fait la promotion de telles théories? Selon Roxane Martel-Perron, il faut se montrer ouvert et à l’écoute tout en évitant de juger son interlocuteur. Elle est convaincue que c’est avec le dialogue qu’il sera possible de freiner la propagation du complotisme. Ce que l’on vise, ce n’est pas de convaincre ou de confronter, c’est de semer le doute, par exemple en questionnant la personne sur ses sources, dit-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi