•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les ITSS en hausse à Montréal depuis le début du déconfinement

Le 15-18

Avec Karyne Lefebvre

En semaine de 15 h à 18 h

Les ITSS en hausse à Montréal depuis le début du déconfinement

Un préservatif rouge dépasse d'une poche de jeans

Le condom, moins populaire ?

Photo : iStock/donatas1205

À Montréal, depuis le déconfinement, une augmentation de 70 % des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) a été constatée par rapport au début de la pandémie. Ces chiffres peuvent s'expliquer de plusieurs façons, affirme Sarah-Amélie Mercure, médecin spécialiste en santé publique et en médecine préventive à la Direction de la santé publique de Montréal.

À la fin du mois de mars et en avril, on a noté une baisse très importante du nombre d'ITSS déclarées. Le réseau de la santé était au ralenti et les gens avaient décidé par eux-mêmes de ne pas aller se faire tester. À l'heure actuelle, « ces chiffres remontent, car il y a une plus grande offre de tests de dépistage dans le réseau de la santé, explique la Dre Mercure, [...] mais il y a toujours la possibilité qu'il y ait une réelle hausse de la transmission des ITSS dans la communauté. » Toutefois, il faudra attendre plusieurs mois avant de pouvoir confirmer que la hausse de la transmission serait due au déconfinement. De façon générale, Sarah-Amélie Mercure explique que ce sont essentiellement les mêmes groupes de la population qu'avant la crise qui sont touchés.


Cette augmentation peut-elle traduire un recul de l'utilisation du préservatif? « Ça serait simple si ce n'était que ça. Effectivement, rappelle la Dre Mercure, chez les jeunes, seulement 60 % affirment qu'ils ont utilisé un condom lors de leur dernière relation sexuelle d'un soir. Mais il faut savoir que certaines ITSS se transmettent malgré le port du condom. » Toutefois, Sarah-Amélie Mercure réitère que, malgré tout, le condom reste l'outil le plus efficace pour prévenir les ITSS, même s'il ne protège pas à 100 %.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi