•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La complexe déconstruction du pont Champlain

Le 15-18

Avec Karyne Lefebvre

En semaine de 15 h à 18 h

La complexe déconstruction du pont Champlain

Vue du pont à partir de Montréal

La déconstruction du pont Champlain devrait commencer sous peu.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Déconstruire un pont est une opération beaucoup plus délicate qu'on pourrait le croire. Oubliez les explosifs et les boules de démolition : c'est petit à petit, de façon calculée et minutieuse, que chaque morceau sera retiré de la structure. « C'est énorme comme volume de travail », affirme l'ingénieur Normand Tétreault.

Il précise que la déconstruction se fera étape par étape, chaque composante du pont exigeant une méthodologie particulière.

Ce sera tout un défi pour les ingénieurs : Un pont, c’est stable quand c’est construit. Quand on le déconstruit, on doit tenir compte des charges qui se déplacent. Il faut faire ça dans le bon ordre pour s’assurer de ne pas avoir de problème.

Normand Tétreault précise que tous les systèmes de consolidation qui ont été ajoutés au fil des années pour réparer le pont compliquent la chose. Certaines sections du pont seront d’ailleurs données aux universités pour permettre l’étude des différentes méthodes de réparation utilisées.

Au total, ce sont 250 000 tonnes de béton, 25 000 tonnes d'acier et 12 000 tonnes d’asphalte qui devront être retirées.

Il ne faut donc pas s’étonner que l’on prévoie quatre ans pour exécuter les travaux. Ça va prendre pratiquement autant de temps pour déconstruire celui-ci que pour construire l’autre, affirme Normand Tétreault.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi