•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quels sont les risques de contracter la maladie de Lyme dans le Grand Montréal?

Le 15-18

Avec Isabelle Richer

En semaine de 15 h à 18 h

Quels sont les risques de contracter la maladie de Lyme dans le Grand Montréal?

Photo non-daté du U.S. Centers for Disease Control and Prevention (CDC)

Les tiques à pattes noires sont activent dès que la neige fond et elles peuvent transmettre la maladie de Lyme.

Photo : The Associated Press / James Gathany

On le sait, les tiques infectées par la bactérie causant la maladie de Lyme sont surtout présentes en Montérégie et en Estrie. Mais, mauvaise nouvelle, la bactérie semble avoir traversé le fleuve, car on a récemment retrouvé des tiques infectées à Laval, dans les Laurentides et dans Lanaudière. Les risques de contracter la maladie de Lyme demeurent tout de même très faibles, selon le directeur général adjoint de la protection de la santé publique, Yves Jalbert. Il recommande néanmoins à la population de se protéger des tiques.

La transmission de la bactérie responsable de la maladie de Lyme se fait d’abord par des mammifères tels que le chevreuil et les souris. C’est lorsque ces animaux infectés sont mordus par une tique que celle-ci devient porteuse de la bactérie, et, donc, menaçante pour l’être humain.

Car des tiques, il y en a partout au Québec, et il n’est pas rare de se faire mordre par l’une d’elles. Mais ce n’est que récemment que des mammifères infectés ont traversé le fleuve et se sont mis à infecter les tiques de la rive nord du fleuve. C’est surtout l’infection chez la tique qui progresse dans la province, explique Yves Jalbert. En conséquence, la zone géographique où l’être humain peut attraper la maladie de Lyme, elle aussi, prend de l’expansion.

Heureusement, les risques de contracter la maladie demeurent faibles, selon Yves Jalbert. Ce dernier précise qu’en Estrie et en Montérégie, entre 1 % et 3 % des personnes qui se font mordre par une tique développent la maladie de Lyme. Il y a comme une notion de malchance dans le fait d’attraper la maladie, dit-il.

Malgré tout, Yves Jalbert recommande à la population du Grand Montréal d’éviter d'entrer en contact avec la végétation, même dans sa propre cour. Il est possible de se protéger des tiques en portant des vêtements longs et en utilisant du chasse-moustiques.

Il insiste aussi sur l’importance de s’inspecter, à la vue et au toucher, au retour d’une activité dans la nature. Si on enlève la tique à l'intérieur de 24 heures, les risques de contracter la maladie sont presque nuls, précise-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi